Samsung serait assez proche de la sortie d’un possible Galaxy X pliable. Le concept, encore flou, pourrait bien être l’avenir d’un autre produit avant gardiste du coréen : le Galaxy Note.

Une vue d’artiste d’un smartphone pliable, par le designer Chesky Wong

Galaxy Note : un smartphone précurseur

S’il y a une chose que l’on ne peut pas reprocher à Samsung, c’est sa capacité à transformer le concept le plus improbable en produit. Le géant coréen n’a peur de rien, et l’approche essai/erreur produit parfois des résultats hasardeux, mais aussi des réussites, dont certaines influencent parfois toute l’industrie. Le Galaxy Note en est l’exemple le plus marquant : à sa sortie, le smartphone de 5,3 pouces et son stylet offraient une expérience unique, sur laquelle les avis étaient divisés.

Six ans plus tard, un smartphone de 5,3 pouces paraîtrait presque petit. Le haut de gamme de Samsung, incarné par les Galaxy S8, S8+ et Note 8 démarre à 5,8 pouces, grâce au format 18:9 et aux bordures réduites. Mais se pose alors une question : le Galaxy Note 8 arrive-t-il encore à se distinguer dans un océan de « phablettes » devenues la norme ? C’est vrai d’ailleurs vis-à-vis de la concurrence comme de la propre gamme du constructeur. Entre le Galaxy Note 8 et le Galaxy S8+, les différences sont devenues minimes et se limitent pour ainsi dire à la présence d’un double capteur photo et du fameux stylet.

Entre le Galaxy S8+ et le Galaxy Note 8, peu de différences

Bords incurvés : de l’idée insolite à la généralisation

L’avenir du Galaxy Note pourrait bien passer par celui qu’on appelle Galaxy X, un smartphone à écran pliable qui serait relativement proche de la production. L’idée sonne comme un de ces concepts farfelus dont Samsung a parfois le secret : un smartphone qui, une fois déplié, se transformerait en tablette de 7 pouces. Des souvenirs d’autres expérimentations, par Samsung ou par ses concurrents, nous reviennent alors : le Galaxy Round et le LG G Flex, et leurs écrans incurvés, dont on a cherché l’utilité jusqu’à se rendre à l’évidence qu’il n’y en avait strictement aucune.

Mais justement, du concept insolite dont on ne comprend pas l’intérêt à la standardisation, chez Samsung, il n’y a parfois qu’un pas, et on peut également revenir sur le Galaxy Note Edge. Présenté en même temps que le Galaxy Note 4, son bord droit incurvé révélait un écran secondaire. C’était certes très joli, mais l’utilité était assez floue, et on se disait alors qu’il s’agissait d’une exentricité de plus de la part du fabricant.

La gamme actuelle de Samsung, sur le haut de gamme, n’inclut plus que des écrans incurvés sur les bords. L’usage est venu de lui-même, au-delà des petits gadgets associés à des gestes depuis ces bordures : c’est tout simplement joli, et ça permet à l’écran de déborder un peu. Associé au format 18:9 des derniers flagships, même si les courbes ont leurs détracteurs, il faut admettre que les Galaxy S8 et S8+ ont filé un sacré coup de vieux à la concurrence.

Le Galaxy Note peut-il prendre le pli ?

À la lumière de cette évolution, l’idée d’un Galaxy Note pliable nécessite certes d’être confrontée à la réalité. Un concept et des rendus 3D, ça vend du rêve. Le matérialiser est une autre paire de manche. N’empêche qu’on peut y voir une évolution possible qui permettrait « notamment » de rendre au produit les caractéristiques qui constituent son ADN. La surface pliable serait un terrain de jeu rêvé pour le S-Pen, et le différencierait à nouveau nettement sur sa taille d’écran par rapport à des S9 et S9+ « classiques ».

Un smartphone pliable serait aussi une opportunité pour y glisser à nouveau une batterie digne des records d’endurance des anciens Galaxy Note, du temps où il leur arrivait de dépasser les deux jours. Celle du Galaxy Note 8 n’est pas mauvaise, loin de là, mais il existait là aussi un écart flagrant par rapport à des smartphones « standards » qui s’est diluée au cours des années. Après « Unbox your phone », la prochaine étape sera-t-elle « Unfold your Note » ?

Microsoft aussi réfléchit à un appareil pliable