L’iPhone X aurait-il pu être l’occasion pour Apple d’enterrer son connecteur propriétaire Lightning, et de passer à l’USB-C ? S’il crée une rupture par rapport aux iPhone précédents et actuels, la firme de Cupertino n’en a malheureusement pas profité pour passer à ce standard, et c’est dommage !


Une question de courage ?

Nous sommes le 3 novembre et des gens font la queue devant l’Apple Store pour acheter un iPhone X. Enfin, en France, ils font uniquement la queue pour récupérer l’iPhone X qu’ils ont précommandé, car il n’y a visiblement pas de stock pour le smartphone à 1 159 euros. Parallèlement, on apprend que OnePlus a envisagé de mettre deux ports USB-C sur son OnePlus 5T afin de laisser un port libre pour la recharge quand on utilise l’autre avec un casque.

Quel rapport entre les deux infos ? Comme disait Phil Schiller l’an dernier, on pourrait résumer ça en un mot : « courage ». Le courage qu’Apple n’a pas eu, pour l’iPhone X, de remplacer son port Lightning par un USB-C. L’occasion était pourtant là, facilitée en plus par le fait que l’iPhone X voit le jour en même temps que les iPhone 8 et 8 Plus. Ces derniers sont le choix de la sécurité : leur design est quasi inchangé, et ils conservent la même interface, basée sur le bouton principal et le capteur TouchID pour le déverrouillage. Le design de l’iPhone 6, sur lequel ils sont basés, a été pensé pour une finesse ne permettant probablement, pas d’y placer un port USB-C.

L’iPhone X, en revanche, est un terrain complètement nouveau. L’écran, l’interaction avec le téléphone, le mode de déverrouillage, tout change. Et on peut diriger les « early adopters » fortunés vers « l’iPhone du futur » et ceux plus conservateurs vers l’évolution naturelle. Alors pourquoi ne pas aller jusqu’au bout de ce changement et créer une rupture dans la connectique ?

Une opportunité de rupture

Le connecteur Lightning a été lancé avec l’iPhone 5, en 2012, à une époque où Apple commençait à être limité par la taille de son connecteur Dock à 30 broches. Je ne sais pas si vous avez revu récemment un iPhone 4 ou un iPod Classic : selon les standards actuels, le port a l’air d’un gouffre à poussière. Apple aurait pu, bien sûr, adopter le Micro USB à l’époque, mais le standard était contraire à leur volonté de proposer une prise réversible et simple d’utilisation, évitant le fameux « bon sens, mauvais sens, bon sens » que l’on connaît bien.

 

Le Lightning a désormais 5 ans, et l’USB-C, visiblement influencé par le travail d’Apple, ne souffre plus de cette limitation. Et ça n’est pas comme si la firme de Tim Cook n’en était pas déjà l’avocat sur le Mac. Le MacBook 12 pouces propose depuis son lancement en 2015 un unique port USB-C, et les derniers MacBook Pro et iMac sont passés au Thunderbolt 3, qui utilise le même connecteur. Apple propose un chargeur USB-C, qui peut même être utilisé pour recharger les derniers iPhone et iPad. Le basculement serait beaucoup moins problématique que lors du passage Dock/Lightning. Le sans-fil s’est considérablement développé depuis, notamment sur les enceintes et les auto-radios qui étaient à l’époque les principaux freins au changement de connectique.

Apple qui pousse un standard : c’est possible !

Apple possède Beats, et pourrait ainsi faire bouger le marché des casques vers le Bluetooth, bien sûr, pour ceux qui aiment le sans fil, mais aussi vers l’USB-C pour toute l’industrie, éliminant la fragmentation qui s’est créée avec l’abandon du Jack 3,5 mm. Pour peu que l’ensemble des constructeurs généralisent l’USB-C sur leur gamme, que l’on soit sur iPhone ou Android, on achèterait les mêmes casques et ils fonctionneraient sans adaptateur. Fou, non ?

Il y a évidemment la question du juteux label « Made for iPhone », mais en quoi cela nécessiterait-il une connectique propriétaire ? Et à ceux qui répondent que Apple roule toujours pour sa pomme, on peut leur rappeler la sortie du premier iMac en 1998, qui avait fait indéniablement bouger l’adoption de l’USB. Sur l’iPhone 8 comme sur le X, Apple a adopté le standard Qi pour la recharge sans fil, ce qui prouve qu’il n’est pas allergique aux standards. L’adoption de l’USB-C, au prix peut être d’un ou deux millimètres supplémentaires, apporterait donc beaucoup à l’iPhone sans que les contraintes soient insurmontables. Sans parler des bénéfices pour l’iPad Pro qui se doterait enfin de vrais connecteurs USB, comme les autres tablettes hybrides. Soyons fous : ils pourraient même en mettre deux.