Que ce soit contre TF1 ou contre Netflix, dans le bras de fer qui opposent les opérateurs aux diffuseurs, la perte d’audience ou de contenus est trop dommageable pour les uns ou les autres pour que les batailles s’éternisent.


Un écran noir peu probable à long terme

Alors que les négociations entre Free et TF1 semblent destinées à l’échec, l’écran noir est un risque. Un risque qui ne nous concerne peut-être pas. Comme on le disait il y a quelque temps, on imagine assez mal que la perte de The Voice, du JT de Jean-Pierre Pernaut ou de New York Unité Spéciale soit quelque chose qui vous empêche de dormir. Mais il ne faut pas oublier que nous ne sommes pas représentatifs des millions d’abonnés à Free ou Orange. Et il y a parmi ces millions, sans doute de nombreux spectateurs de TF1, TFX ou TMC. Vous en connaissez certainement, eh bien vous pouvez les rassurer s’ils ont entendu ou lu quelque part qu’on allait supprimer leur chaine préférée : ça n’arrivera certainement pas.

Ou alors pas de manière durable. Il est fort probable que le signal des chaines TF1 soit coupé (si ça n’est pas déjà le cas à l’heure où nous écrivons ces lignes) sur Orange. Il le sera peut-être aussi chez Free, mais dans les deux cas, il est impensable que les parties n’arrivent pas à un accord qui satisfait plus ou moins tout le monde.

Les chaines de télé sont en perte de vitesse. La génération que j’évoquais précédemment, celle qui passe des heures sur YouTube, celle qui binge du Netflix, délaisse la télé. D’ailleurs TF1 est dans un processus de rajeunissement pour aller chercher ces spectateurs avec des émissions comme Quotidien sur TMC. Orange, peut-être Canal, peut-être Free… Au bout d’un moment ça commence à faire pas mal de téléspectateurs en moins. Et ce sur les chaines « de flux » comme sur le replay.

Venez, nous on a payé !

À l’inverse, à partir du moment où certains opérateurs jouent le jeu et d’autres non, l’absence de telle ou telle chaine peut devenir un désavantage par rapport aux concurrents. Et ceux qui ont signé avec TF1 pourraient bien s’amuser à le rappeler :  je recevais l’autre jour un SMS de SFR, vantant les mérites de MyTF1 Premium. Si ce n’est pas de l’opportunisme pour profiter des déboires des autres, je ne sais pas ce que c’est !

Siège de SFR (Altice)

Il est donc clairement dans l’intérêt de Free comme de TF1 de ne pas faire durer le bras de fer trop longtemps. D’autant plus que Free a un autre bras de fer qui l’occupe : celui qui l’oppose à Netflix. Et là aussi on peut se demander qui lâchera en premier.

Free contre Netflix : qui pliera en premier ?

Entre Iliad et Netflix les relations sont tendues. Très tendues. En cause, un désaccord sur qui des deux doit investir dans des tuyaux supplémentaires pour satisfaire la demande, très élevée, du service en bande passante. La conséquence actuelle de cette bataille n’est pas un écran noir, mais un écran flou, pour cause de débits en berne. Il arrive que les productions de la firme de Reed Hastings, pourtant tournées en 4K, ressemblent pendant de longues minutes à une bouillie de pixels digne d’une diffusion en Real Video sur une connexion 56K en 1998.

Au sommet de son conflit, réglé depuis, avec Google, Xavier Niel dédramatisait : certes les débits sur YouTube étaient atroces et c’était gênant, mais après tout on trouvait, selon l’intéressé « les mêmes vidéos sur Dailymotion » avec qui Free n’avait aucun problème. C’était déjà une certaine méconnaissance de l’offre de YouTube, mais c’est un argument intenable avec des services comme Netflix ou Amazon Prime qui gagnent des clients grâce à leurs contenus exclusifs.

Or l’absence totale de Netflix sur les box de Free fait tache. Particulièrement sur la Freebox Mini 4K où l’application Android TV, qui existe pourtant – elle est disponible sur la Bbox Miami – est tout simplement inaccessible. Entre cette invisibilité et les débits au ras des pâquerettes, on a beau dire que Netflix en France n’est pas un carton monumental, ça va finir par être un problème qui peut faire fuir des utilisateurs chez la concurrence. La Freebox Mini 4K est néanmoins le symbole d’une hache de guerre enterrée avec Google. Un signe d’espoir pour voir Netflix (et MyTF1 ?) mis en avant sur la Freebox V7 ?