Nokia renforce sa bonne image de marque au Mobile World Congress 2018 avec une gamme 2018 sous le signe d’Android One et Oreo Go Edition. Pour tous les budgets, un smartphone  » pur Google  » et des mises à jour garanties !


Le retour en grâce de Nokia

Il y a quelques jours nous revenions sur les résultats encourageants obtenus par HMD et Nokia en 2017. De la manière la plus attendue qui soit, Nokia s’est imposé en un an comme la 11e marque de smartphones dans le monde, grâce à Android que le fabricant, avant le rachat de son activité mobilité par Microsoft, avait fui à toutes jambes. Si on oublie — et on va l’oublier d’ailleurs — la timide expérience du Nokia X.

HMD Global, qui commercialise les smartphones sous la marque Nokia, nous avait promis un MWC plein de surprises, et on peut dire qu’on a eu notre dose. Prises une par une, les nouveautés annoncées par Nokia n’ont rien d’extraordinaire. Un téléphone bas de gamme, deux modèles de milieu de gamme plutôt bien équipés pour leur prix et une version améliorée de leur fleuron, qui cache même une mini déception sur son processeur. L’important n’est pas là.


Android One (et Oreo Go) pour tout le monde !

L’important, c’est le message apporté par Nokia : celui d’une gamme intégralement sous Android One ou Oreo (Go Edition), avec à la clé une expérience sans compromis et une prise en charge à relativement long terme. Du modeste Nokia 1 à 70 euros, au Nokia 8 Sirocco, haut du panier à plus de 700 euros, tous les smartphones Nokia bénéficient d’un Android « pur », avec une promesse de mises à jour réactives et fréquentes, au moins en ce qui concerne la sécurité.

C’était bien entendu déjà plus ou moins le cas : Nokia faisait partie des bons élèves en la matière, devançant même parfois Google lui-même sur les mises à jour de sécurité. Il leur manquait malgré tout ce sceau qui officialise la chose. Si on veut un smartphone « pur Google », Nokia devient la meilleure adresse si on ne souhaite pas passer par l’import.

« Pur Google » est d’ailleurs une expression dont le sens a considérablement changé, puisque Google lui-même n’en a plus la même définition. Les Pixel 2 et Pixel 2XL développent leurs propres avantages logiciels, en concurrence frontale avec Samsung. C’est désormais Android One qui est censé continuer la mission des Nexus.

L’arrivée de Nokia sur cette initiative est une aubaine, alors que l’Europe était jusqu’ici le parent pauvre d’Android One. Depuis un premier essai avec BQ, l’un des rares smartphones Android One sortis officiellement en France était jusqu’ici le HTC U11 Life. Le Xiaomi Mi A1 est certes assez facile à importer, surtout depuis qu’il est disponible en Espagne, et selon nos informations, il ferait partie de l’offre de lancement de Xiaomi en France, également en avril prochain. Néanmoins la sélection demeurait assez limitée.

Un positionnement unique en Europe

Là, nous voilà tout à coup en présence d’un choix entre plusieurs smartphones susceptibles de satisfaire toutes les bourses, et de combinaisons inédites. Malgré son prix élevé et son processeur de 2017, le Nokia 8 Sirocco sera le seul haut de gamme Android vendu en France et bénéficiant de mises à jour de sécurité en provenance directe de Google. Sa certification ne sera pas un argument pour n’importe quel utilisateur, mais si c’est une priorité pour vous, vous disposez désormais de ce choix. Ou vous pouvez opter pour les Nokia 6 et 7 Plus qui ont tout l’air d’être de très bons terminaux de milieu de gamme, et plus compétitifs que le HTC U11 Life.

On dispose même, avec le Nokia 1, d’un modèle qui ne sera vraisemblablement pas pour nous, mais qui pourra intéresser nos proches qui ont besoin du smartphone le moins cher possible. À condition qu’Android Oreo (Go Edition) soit réellement à la hauteur de ses promesses de légèreté, le Nokia 1, à défaut de vendre du rêve, fera au moins des heureux chez nombre d’utilisateurs moins exigeants en matière de performances brutes.