Rien ne va plus chez Apple ? Vu leurs résultats financiers, probablement pas. Mais la firme de Cupertino traverse une crise qui nuit nettement à la qualité de ses produits et à sa vision.

Ceci est une régression

Il y a un peu plus d’un an, on se demandait si nous n’étions pas arrivés à la fin d’une époque pour Apple. Entre les nouveaux MacBook Pro qui peinaient à convaincre les utilisateurs auxquels ils étaient destinés, les ventes d’iPhone et d’iPad un peu en berne et des choix de design parfois aberrants pour une entreprise autrefois réputée pour son perfectionnisme.

Le problème, c’est que l’on se pose toujours les mêmes questions aujourd’hui. Et les raisons de douter sont de plus en plus nombreuses. Pourquoi ? Parce que l’on observe un schéma récurrent, qui représente l’inverse de ce pourquoi Apple était réputé : sortir un produit qui n’est pas forcément le premier sur le marché, mais qui est souvent tellement bien pensé, tellement fignolé, qu’il rend presque obsolète ses concurrents. Il y avait des baladeurs avant l’iPod, des smartphones avant l’iPhone et des tablettes avant l’iPad. Malgré leurs limitations sur le papier, ces trois produits avaient toutefois su transcender leurs défauts par une simplicité d’utilisation et un degré de finition exemplaires. Et je ne dis pas, loin de là, que la concurrence est restée à se croiser les bras. Sur de nombreux points, les fabricants sous Android ont rejoint ou dépassé leur modèle.

Presque toutes les dernières sorties majeures d’Apple trahissent néanmoins cette vision idéalisée. L’Apple Watch a été commercialisée avec un OS qui ne savait absolument pas où il allait. L’Apple TV multiplie les reboots et n’a toujours pas vraiment trouvé une voie qui soit véritablement unique. Et le HomePod… Parlons du HomePod, qui est sans doute le produit le plus symptomatique de cette crise.

Dis Siri, pourquoi tu laisses des traces sur mon bar ?

Côté finition et qualité sonore, l’enceinte connectée d’Apple semble avoir bénéficié d’un certain soin, c’est un fait, et c’est ce que montraient les premiers tests publiés. Les derniers articles que l’on voit fleurir, après les quelques controverses qui ont entaché l’image du produit, confirment les inquiétudes. Le HomePod est un produit de l’Apple en crise : en retard, pas tout à fait fini malgré le délai supplémentaire et inadapté à sa cible. Plus de 7 ans après son introduction, Siri n’a pas su profiter de son avance et demeure presque aussi fermé et peu fiable. En deux ans, Google comme Amazon l’ont nettement surpassé.

Voici les résultats sur le web pour « HomePod qui laisse un cercle sur mon étagère »

Deux des fonctionnalités majeures du HomePod ne sont pas disponibles au lancement, et si ce n’est sans doute pas le seul produit dont la base en silicone laisse des marques sur un meuble en bois, le fait qu’Apple n’ait pas davantage anticipé ce problème montre un sérieux manque de préparation et d’anticipation des usages.

On peut répondre que c’est une catégorie de produits qui n’est pas encore mûre dans son ensemble, mais plusieurs gammes d’Apple témoignent de dysfonctionnements similaires. Les portables Mac étaient le mètre étalon de la catégorie. Avec ses derniers MacBook Pro, Apple a réussi à aliéner une partie de ses utilisateurs les plus fidèles. Outre leur connectique trop radicale et l’utilité toujours aussi relative de la TouchBar, les portables sont victimes d’une vague de problèmes liés au mécanisme des touches, qu’une simple poussière mal placée peut bloquer. Près de trois ans après sa sortie, le MacBook 12 pouces est toujours proposé à un prix trop élevé pour détourner les utilisateurs du vieillissant MacBook Air. Si bien que selon KGI Securities, Apple s’apprêterait à mettre à jour cet ancien fleuron de la mobilité, sans amélioration majeure, pour en réduire le prix. Une sorte de MacBook Air SE, quoi.

Jobs : le critique qui manque

Bien sûr, Apple n’est pas au bord du gouffre. L’iPhone, qui est la priorité du constructeur, ne souffre pas de ces déboires et se vend toujours de manière indécente. Quand elle le veut, la firme de Cupertino réussit à sortir un produit de très bonne qualité et compétitif : l’iPhone X, les AirPods ou l’iPad Pro 10,5 pouces en sont la preuve. Enfin sur le plan matériel, parce que côté logiciel, iOS a lui aussi besoin d’une remise à plat, qui interviendrait d’ailleurs cette année. On déteste sortir la phrase magique « du temps de Steve Jobs », qui oublie souvent que Jobs trainait ses propres casseroles (l’iPod HiFi, le PowerMac G4 Cube, le Mac Mini, l’antennagate…). Il serait bon, toutefois, qu’Apple ait parmi ses responsables quelqu’un qui tient un de ses meilleurs rôles : le critique impitoyable qui renvoie ses troupes au charbon quand le niveau de qualité n’est pas celui qu’on attend de la marque.