C’était l’annonce la plus attendue de cette Google I/O 2014 et Google ne nous a pas déçu, la prochaine version d’Android a été montrée en détail hier soir. Voici en 8 points toutes les annonces majeures de la soirée : versionnage, design, notifications, etc.

Android L

Android L : pas de Lollipop, mais une version majeure pour Android

Ce qu’on retiendra de cette soirée, c’est que Google n’a pas encore donné de nom officiel à la prochaine version d’Android. Officiellement, il ne s’agit ni d’Android 4.5 ou d’Android 5.0 mais de la « plus grande sortie dans l’histoire d’Android ». Cette prochaine version n’a pas encore de nom de code, mais le L semble de plus en plus faire référence à Lollipop. C’est en tout cas la rumeur la plus insistante.

Si Google ne compte pas encore communiquer sur le nom de la prochaine version d’Android, il s’est en tout cas montré généreux envers les développeurs. Android L, puisque c’est bien comme ça qu’il faut l’appeler pour le moment, sera disponible dès cet après-midi en developer preview sur le site officiel de l’OS mobile. Toutes les fonctionnalités présentées dans cet article seront disponibles sur cette pré-version. Enfin, Android L devrait être diffusé en version définitive avant la fin de l’année.

Material Design : Android passe entièrement au flat design

Material Design

C’était bien une des plus grosses attentes de cette Google I/O, le design de l’OS de Google a été remanié de fond en comble. Material Design est le nom donné au nouveau design d’Android. Il s’agit d’une refonte complète de l’interface, beaucoup flat (et donc dans l’air du temps) que le design actuel de KitKat. Concrètement, cela se traduit tout d’abord par une refonte cosmétique de la barre de navigation en bas de l’écran qui sont abandonnent les traditionnels boutons « flèche arrière », « Accueil » et leurs deux cadres pour le multitâche par des formes géométriques très simples : triangle (touche Retour), Rond (Accueil) et carré (Multitâche).

Google prend très au sérieux cette refonte. Pour preuve, la société américaine vient de lancer un site ultra complet sur le fonctionnement de ce nouveau design. Google y détaille tout : des animations à la couleur en passant par la typographie et les boutons, l’idée globale derrière tout cela est de créer un langage visuel clair, sobre, qui s’adapte à tous les écrans mais qui possède des animations naturelles et des couleurs. Google incite d’ailleurs les développeurs d’applications tierces à adopter ce design pour leurs applications. Pour faire simple, la typographie est modifiée pour être plus claire, l’affichage est plus espacé (interlignes plus larges dans la démonstration de Gmail) et les couleurs ont été au centre des attentions des développeurs de Google.

Le plus important changement se fera toutefois au niveau des animations. Tous les spectateurs de la conférence d’hier soir ont été impressionnés par les animations entre les différentes applications qui jouent sur des effets de profondeurs entre différents plans. Les effets de reliefs et de profondeurs ont été particulièrement mis en avant et le passage d’une application à l’autre se veut « seamless », comprenez sans écran noir ni une quelconque coupure d’un écran à l’autre. L’appui sur un bouton l’enfonce et enclenche de belles animations très naturelles. On a notamment pu voir ces effets à l’action sur les applications Gmail et Contact et il faut bien admettre que c’était particulièrement impressionnant.

Un nouvel outil pour le multitâche : Project Hera

Project Hera

Présentée par Avni Shah, la responsable de Chrome chez Google, Project Hera est une fonctionnalité dont on avait déjà entendu parler en avril dernier. Il s’agit ni plus ni moins que d’une refonte de la fonctionnalité multitâche d’Android. En appuyant sur le bouton carré de la barre de navigation d’Android L, les différentes applications en cours d’utilisation vont être affichées de façon très similaire à l’interface Aero que l’on peut rencontrer sur les dernières versions de Windows. Concrètement, on peut naviguer beaucoup plus simplement et de façon beaucoup plus fluide entre différentes fenêtres d’application. Surtout, elle affiche des liens sur le chemin suivi par l’utilisateur entre plusieurs applications : si je viens d’un Google Doc qui m’a fait cliquer sur un article du New York Times, en appuyant sur le bouton multitâche, le Google Doc et la fenêtre web de New York Times seront liés.

Project Hera va même un peu plus loin que la simple gestion du multitâche. Cette nouvelle fonctionnalité va également indexer les applications installées sur le téléphone afin de mieux les intégrer entre elles (Chrome et la recherche sont liés). Pour être plus clair, Avni Shah a pris un exemple très simple où elle recherchait un restaurant de fruits de mer sur l’application Google Search. Lors de la recherche, Google a affiché plusieurs résultats qui pointaient aussi bien vers des recherches web que sur des résultats trouvés au cœur même des applications. Autrement dit, l’un des résultats renvoyait sur l’application OpenTable. Un clic sur le lien à ouvert l’application directement sur la bonne page de l’application, dans notre cas, sur un restaurant de fruits de mer à proximité de la conférence.

Hera

Cette indexation des applications et la possibilité de lier des applications entre elles sera disponible pour tous les développeurs qui désirent l’utiliser via une API bientôt disponible.

De nouvelles façons d’interagir avec les notifications

Notifications

Partant du principe que les notifications étaient l’un des éléments les plus importants sur un smartphone, Google a décidé de revoir la façon dont nous interagissons régulièrement avec elle. Première nouveauté, il est possible de voir la majorité de ses notifications depuis l’écran de verrouillage. Ces dernières apparaîtront sous la forme de cartes rectangulaires. Un double tap sur la notification en question ouvrira l’application liée à la notification en question tandis qu’un swipe à droite permettra de la faire disparaître.

Enfin, des notifications « urgentes » pourront apparaître sous la forme de pop-up par-dessus une application déjà en cours d’utilisation. Concrètement, si l’agenda vous rappelle un rendez-vous important, une notification apparaîtra sous forme de pop-up. Libre à l’utilisateur de la dégager ou de l’accepter grâce aux boutons dédiés. Des notifications pensées pour des écrans de taille importante, donc.

La mise à mort de Dalvik : de meilleures performances pour la prochaine version d’Android !

Performances

 

Nous vous en parlions déjà il y a quelques jours, Google enterre bel et bien la machine virtuelle Dalvik pour la remplacer par ART (Android RunTime). Concrètement, Google promet des performances doublées par rapport à Dalvik et une véritable compatibilité avec les architectures ARM, x86 et MIPS. ART supporte les processeurs 64-bit et gérera beaucoup mieux la mémoire vive. Ce changement de machine virtuelle n’aura aucun impact sur les applications actuelles puisqu’elles sont de fait déjà compatible avec ART.

L’autre grosse nouveauté au niveau d’Android L, sera l’ajout d’Android extension Pack qui permettront de mieux gérer les GPU mobiles. Ces nouveautés permettront à Android de mieux gérer la Tesselation, les geometry et computer shaders et la compression de texture. Google assure que les graphismes sur les appareils mobiles sont sur le point de rattraper ceux des PC de bureau. Et pour prouver ces dires, une vidéo de démonstration de l’Unreal Engine 4 tournant sur un appareil équipé du Tegra K1 a été montrée :

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Project Volta : améliorer à tout prix l’autonomie des téléphones

Project Volta

L’autonomie est certainement le plus gros point faible actuel des smartphones. Google a une équipe spécialement dédiée à l’optimisation de l’autonomie des téléphones et a présenté le Project Volta lors de la conférence. Le but de Project Volta est d’optimiser la façon dont les processus sont gérés par la batterie. L’équipe derrière Project Volta a donc dans un premier temps mis en place un logiciel capable de mesurer précisément comment la batterie du téléphone était utilisée. Ce logiciel, nommé Battery Historian, est capable de savoir quel processus se déclenche à quel moment et comment il affecte la batterie. Si une application a tendance à utiliser la batterie sur des laps de très très courts, cet outil permet de le détecter et ainsi de corriger l’application pour qu’elle utilise la batterie du téléphone moins régulièrement.

En plus de cet outil de mesure, Google a développé une nouvelle API, JobScheduler, qui va regrouper les requêtes les moins importantes ensemble (les synchronisations de programmes tiers par exemple) afin de les pousser en même temps auprès du téléphone. Concrètement, plutôt que d’avoir des applications qui se synchronisent chacune séparément et au moment qu’elles veulent, cette API va les regrouper en une seule requête afin de solliciter beaucoup moins souvent la batterie. Une belle promesse qu’il nous tarde de vérifier à l’usage.

Dernier point du Project Volta, l’arrivée d’une nouvelle fonctionnalité nommée Battery Saver. Il s’agit d’une fonctionnalité qui permet, lorsque la batterie atteint un certain pourcentage de réduire la fréquence de du processeur, de diminuer le nombre d’images par seconde sur l’écran ou encore de couper la data. De nombreuses applications tierces s’occupaient déjà de tout cela, mais Google va désormais l’intégrer de base dans son OS. Ce nouveau mode d’économie d’énergie serait alors capable d’augmenter l’autonomie d’un Nexus 5 de 90 minutes.

Sécurité : le Kill Switch intégré à Android L

Samsung Knox

 

La sécurité, tant critiquée par les concurrents, n’a eu droit qu’à un court passage lors de la conférence d’ouverture de la Google I/O. Google a donc rappelé qu’Android intégrait de base une protection contre les malwares, et sur le Google Play, et au sein même d’Android lors de l’installation d’applications. Les nouveautés de sécurité tiennent en trois points. La première, c’est que les mises à jour de sécurité se feront désormais via les Play Services, c’est-à-dire de façon complètement transparente et automatique. La seconde, c’est l’arrivée du Factory Reset Protection, ou Kill Switch, qui permettra au propriétaire d’un téléphone volé de faire en sorte que l’intégralité de la mémoire du téléphone soit effacée à distance. La dernière nouveauté présentée a introduit l’arrivée d’un nouveau menu appelé Universal Data Controls dans lequel les utilisateurs pourront vérifier et autoriser précisément quelles informations personnelles ils désirent ou non partager. Google s’est montré très flou sur le sujet et on ne sait pas encore exactement ce que permettra ce nouveau menu.

La convergence des produits

Convergence

Ce qui ressort finalement de cette conférence d’ouverture de la Google I/O, c’est la convergence des appareils. L’arrivée de Material Design aura un premier avantage : celle d’unifier l’expérience utilisateur, puisque les développeurs seront pourvus en outils nécessaires à la création d’interfaces unifiées sur les applications quel qu’en soit le support (smartphone, tablette, ordinateur…). Dans le même esprit, Android L met en avant les possibilités d’interactions entre les différents produits sous Android Wear, Auto, TV… et les smartphones ou tablettes sous Android L, les appareils pouvant piloter les autres produits connectés équipés par Google.