Au milieu d’écrans 4K à la pelle, Toshiba présentait au CES ses nouveautés dans le monde des ordinateurs. On pouvait donc voir des PC nouvelle génération sur son stand, mais aussi le premier Chromebook de la marque. Sobrement baptisé Chromebook, pour ceux qui auraient craint de s’y perdre.

Toshiba Chromebook

 

Les Chromebook, c’est un peu la nouvelle tendance à laquelle on ne s’attendait pas vraiment, du moins pas aussi tôt. Alors que ces ordinateurs équipés de ChromeOS, un système d’exploitation tournant autour du navigateur web de Google, commencent à rencontrer un succès certain en Amérique du Nord, en Europe, la percée commence à se faire ressentir, même si elle est moindre. Ainsi, pour le cas précis de la France, les Chromebook faisaient partie des meilleures ventes de Noël chez l’e-commerçant Amazon, même s’il ne saurait à lui seul représenter l’ensemble du commerce du pays.

Toshiba n’est pas en reste, face à notamment HP et Acer qui sont particulièrement présents sur ce terrain. Remarquons un premier fait : les Chromebook affichent soit une diagonale de 11 pouces (Acer, Samsung ou HP) ou 14 pouces, mais entre les deux, rien. L’avantage du Chromebook de Toshiba, c’est donc de proposer une diagonale de 13,3 pouces, pour une définition toutefois identique à celle de ses concurrents 11 pouces, soit 1366 x 768 pixels. Un résultat néanmoins convaincant.

Dans l’ensemble, le Chromebook de Toshiba n’est pas mal armé, avec une connectique complète. Voyez ci-dessous : on trouvera, sur la tranche droite, deux ports USB 3.0 ainsi qu’un port HDMI (pas micro ni mini-HDMI).

Toshiba Chromebook

De l’autre côté, un slot pour cartes mémoires SD est également de la partie. Une nécessité lorsque l’on se rappelle que la mémoire interne du Chromebook – comme celle de ses concurrents d’ailleurs – ne dépasse pas les 16 Go. Pour compenser et comme chez tous les produits de ce type, 100 Go de stockage dans le cloud Google Drive seront fournis aux clients de Toshiba pendant deux ans. On apprécie tout de même de pouvoir utiliser des cartes mémoire standard, ne serait-ce que pour vider la mémoire d’un appareil photo en voyage, ou même par ce que ce type d’accessoire est désormais peu onéreux.  Mais où est le port Ethernet ?

Chromebook Toshiba

Dommage pour le clavier qui, s’il semble confortable à utiliser, n’est malheureusement pas assorti d’un rétro-éclairage. On retrouve un trackpad classique au milieu de l’appareil sans oublier, au-dessus de l’écran, une webcam (utile au moins en cas d’utilisation de Hangouts).

c_CES-2014-FrAndroid-DSC00730c_CES-2014-FrAndroid-DSC00731

Sympathique et doté d’un format intéressant, d’un processeur Haswell (Celeron 2955U) et d’une autonomie prometteuse (9 heures), le Chromebook de Toshiba ne manque pas d’arguments en soi. Après tout, il se destine essentiellement à un usage « second ordinateur » ou PC d’appoint, et sa conception plastique lui apporte la légèreté (1,5 kg sur la balance). Mais la marque parle d’un prix approchant des 300 euros, soit le même tarif qu’un C720P chez Acer, certes plus petit (11,6 pouces)… mais avec un écran tactile et une mémoire interne de 32 Go. La sortie de cet appareil est prévue à la fin du premier trimestre 2014 : il reste donc un peu de temps à Toshiba pour ajuster le prix de son tout premier Chromebook face à sa concurrence.