La journée d’hier était celle de la Google I/O, marquée par de nombreuses annonces. Certaines d’entre elles sont notamment liées au marchine learning, c’est-à-dire à cette capacité de la machine à apprendre des circonstances auxquelles elle est confrontée. Google a officialisé au passage la conception d’une puce maison dédiée justement à ce machine learning, mise en place depuis plusieurs années.

tpu-2

Le machine learning, on en trouve chez Google dans de nombreux services, à commencer par son Google Photos, capable de détecter des sujets similaires dans des clichés et de les rassembler par thématiques. D’après Norm Jouppi, l’un des ingénieurs en charge du hardware chez Google, c’est une centaine de services de la firme qui font appel à cette technologie, de la recherche vocale à Street View. Autant dire qu’elle est désormais centrale dans l’univers de Google, et le sera encore plus à la sortie de ses nouveaux services, Allo ou Home.

Une puce maison dédiée au machine learning

Afin de mettre en lumière ses compétences en matière de machine learning, et plus largement d’intelligence artificielle, Google détaille aujourd’hui ses travaux en la matière. Et d’indiquer que « depuis plusieurs années », Google travaille sur « ses propres accélérateurs dédiés aux applications de machine learning ». Ce travail consiste en un TPU (Tensor Processing Unit), c’est-à-dire en un circuit intégré personnalisé par Google, qu’il indique d’ailleurs utiliser depuis plus d’un an dans ses data centers.

Si Google a choisi la soirée d’hier pour évoquer le sujet de son TPU, c’est bien pour affirmer sa volonté de s’imposer en tant que « leader dans l’industrie du machine learning » et, accessoirement, de « rendre cette innovation accessible à ses clients ». Une manière de faire la démonstration des moyens qu’il est capable de déployer pour perfectionner ses technologies à ses utilisateurs, mais aussi à ses concurrents.