Google met sa technologie au service de l’emploi en lançant Google Jobs, un puissant agrégateur d’offres d’emploi.

Le moteur de recherche de Google cherchera désormais des offres d’emploi

En plus de nombreuses nouveautés pour les développeurs et le grand public, Google a profité hier de la conférence inaugurale de la Google I/O 2017 pour présenter un service à vocation professionnelle : Google for Jobs.

Google for Jobs incarne le changement d’approche que Google a officialisé hier : « from mobile first to AI first » (littéralement « de prioritairement mobile à prioritairement intelligence artificielle »).

En l’occurrence, Google exploite ses technologies d’intelligence artificielle et de machine learning (parfois traduit apprentissage automatique) pour « aider les gens à chercher des emplois qui étaient jusqu’alors beaucoup plus difficiles à chercher et à classer, tels que dans l’hôtellerie-restauration ou dans la vente ».

Le moteur de recherche d’offres d’emploi le plus intelligent ?

À première vue, Google Jobs n’est qu’un nouvel onglet du moteur de recherche, permettant de chercher des offres d’emploi référencées sur LinkedIn, Facebook, Monster, Glassdoor, etc.

Mais en coulisses, le machine learning permet à Google d’associer des terminologies. En anglais, les mots-clés « retail jobs » renverront ainsi des offres d’emploi pour des « sales associate », « retail merchandiser », etc. Le moteur de recherche proposera de nombreux filtres pertinents, tels que le secteur d’activité, l’ancienneté de l’offre, le niveau d’expérience, la tranche de salaire, ou encore le temps de trajet depuis votre domicile

Et comme d’habitude, Google présentera ces résultats de la meilleure manière, avec des informations personnalisées telles que le trajet.

Date de lancement

L’intelligence artificielle en effraie certains, mais lui résistera-t-on quand elle résoudra des problématiques sociales et contribuera à résorber significativement le chômage ?

Google for Jobs sera quoi qu’il en soit disponible ces prochaines semaines, au moins aux États-Unis.

À lire sur FrAndroid : Faut-il avoir peur de l’intelligence artificielle ?