Le Nexus 5 aura mis deux ans à trouver un successeur, dont le concepteur reste LG. Ce smartphone à l’incontestable succès sera remplacé par un Nexus 5X aux caractéristiques pour certaines très enthousiasmantes, pour d’autres un peu moins. Voyons comment se positionne ce nouveau venu par rapport à son illustre prédécesseur.

Nexus 5X et Nexus 5

Nexus 5X et Nexus 5

Deux modèles, un seul constructeur. À un Nexus 5 conçu en 2013 par LG, succède un Nexus 5X également signé du Coréen. Et en deux ans, les choses ont changé, la faute à une percée notable de quelques marques chinoises sur la scène internationale, à des produits de milieu de gamme toujours plus performants et aux prix toujours plus bas, mais aussi à une reconnaissance de la gamme Nexus comme potentiellement intéressante pour le grand public, elle qui visait initialement les développeurs.

Nexus 5

Nexus 5

Rappelons les faits : déjà auteur du Nexus 4, LG produisait en 2013 un Nexus 5 qui avait tout pour plaire. Un écran de 4,95 pouces – autant dire 5 pouces – pour une définition Full HD, une dalle True HD IPS+ offrant une résolution de 445 ppp et dotée d’une vitre Gorilla Glass 3, un SoC Snapdragon 800 combiné à 2 Go de RAM, un espace de stockage de 16 ou 32 Go, et un appareil photo dorsal de 8 mégapixels (1,3 MP en façade). Le tout tournait évidemment sous KitKat avant d’être mis à jour vers Lollipop, comprenait une batterie de 2300 mAh, et mesurait 137,9 x 69,2 x 8,6 mm pour 130 grammes. En somme, un téléphone à la pointe des technologies de son époque, relativement compact, à l’allure pas vraiment raffinée, mais sobre et sympathique, et à un prix de départ de 350 euros : en somme, certainement le meilleur rapport qualité-prix de l’année, et qui a propulsé la gamme Nexus parmi les favoris non plus seulement des technophiles avérés, mais aussi des simples curieux.

ModèleGoogle Nexus 5XGoogle Nexus 5
Version d'AndroidAndroid 6.0 MarshmallowAndroid 4.4 KitKat à sa sortie
Mise à jour vers Android 5.1.1 depuis
Ecran5,2 pouces4,95 pouces
TechnologiencTrue IPS+
Gorilla Glass 3
Définition Full HD
1080 x 1920 pixels
Full HD
1080 x 1920 pixels
Résolution424 PPP445 PPP
SoCQualcomm Snapdragon 808 (MSM8992)Qualcomm Snapdragon 800 (MSM8974)
Processeur4 x Cortex-A53 @ 1,5 GHz
2 x Cortex-A57 @ 2 GHz
quad-core Krait 400 @ 2,3 GHz
Puce graphiqueAdreno 418Adreno 330
Mémoire RAM2 Go de RAM (LPDDR3)2 Go de RAM (LPDDR3)
Mémoire interne16 ou 32 Go16 ou 32 Go
Support microSDNonNon
Appareil photo principal12,3 mégapixels (f/2.0 ; 1,55 μm)
Autofocus laser
8 Mégapixels
Flash LED
Stabilisation optique

Appareil photo en façade5 Mégapixels (f/2.2 ; 1,4 μm)1,3 Mégapixel
Vidéo4K@30fps
slow-motion @120FPS
1080p@30fps
Stabilisation optique
Carte SIM1x nano SIM1 x micro SIM
Wi-Fi802.11 a/b/g/n/ac802.11 a/b/g/n/ac
Bluetoothnc4.0
Réseaux (débit et fréquences)nc4G catégorie 4 (150 / 50 Mbps)
800 / 1800 / 2600 MHz
GPSOuiOui
Radio FMncNon
NFCncOui
Capteur d'empreintesOuiNon
DiversUSB Type-CCharge sans fil
Batterie2700 mAh (charge rapide)2300 mAh Li-Po
Dimensions147 x 72,6 x 7,9 mm137,84 x 69,17 x 8,59 mm
Poids136 grammes136 grammes
Prix conseilléÀ partir de 379,99 dollarsÀ partir de 349 euros

 

Du haut de gamme, sans plus

Le Nexus 5X tout juste officialisé ne peut plus être considéré, comme le Nexus 5 en son temps, comme une version revue à la sauce Google du flagship de l’année en cours – le G2, en 2013. Car notre Nexus 5X souffre de nombreuses différences par rapport à un G4, dont il reprend essentiellement le processeur.

Capture d’écran 2015-09-29 à 18.19.23

Les points communs entre les deux Nexus sont nombreux. D’abord, ils partagent leur définition d’écran, du 1920 x 1080 pixels (Full HD), leur traitement Gorilla Glass 3 quand le Gorilla Glass 4 est disponible. Mais l’écran (LCD) du Nexus 5X est plus grand de 0,2 pouce, mesurant 5,2 pouces de diagonale : il présente donc une résolution de 424 ppp contre 445 ppp pour son prédécesseur. En revanche, il faudra comparer la qualité des dalles employées avant de crier au scandale, un très bon écran pouvant compenser les quelques pixels perdus, et on se rappellera à se titre que les Nexus 5 de première génération ont souvent vu leur écran se casser en cas de chute. Il n’empêche : on s’attendait à un peu plus, à l’heure de l’avènement du QHD.

Autre point commun, et pas des moindres : la mémoire vive. Le Nexus 5 2013 embarquait 2 Go de RAM, ce qui représentait alors le maximum à trouver dans des terminaux mobiles. Son successeur, lui, compte également 2 Go de LPDDR3, mais associés à un processeur bien différent. Une petite déception à l’heure où les 3 Go deviennent un standard sur le haut de gamme, et où les 4 Go se démocratisent. Toujours au rayon de la mémoire, notez que Google mise toujours sur des espaces de stockage de 16 et 32 Go, considérant que le cloud suffit à compenser cette offre maigrichonne. C’est dommage, et l’on espérait un peu plus de générosité, ne serait-ce que pour installer un nombre conséquent d’application sans craindre la pénurie d’espace libre.

Moins de puissance, plus de capteurs

Si le renouveau n’est pas entièrement à chercher du côté de la puissance, on trouve du changement entre les deux générations de Nexus 5 au rayon des capteurs. Le Nexus 5X est en effet doté d’une caractéristique inédite sur cette gamme de produits : un lecteur d’empreintes digitales. Celui-ci est pris en charge nativement par Android 6.0 Marshmallow, son OS (que l’on trouvera aussi sur le Nexus 5 sous forme de mise à jour), dispose d’un revêtement oléophobique, et sera particulièrement adapté au paiement mobile via Android Pay. C’est résolument l’un des points forts de ce Nexus 5X, pour le coup à la pointe de ces technologies.

Capture d’écran 2015-09-29 à 18.30.13

Et pour montrer qu’il est bien là pour définir un standard dans le monde du mobile, ce Nexus 5X inclut un port USB type-C dédié à la charge et au transfert de données. Il est donc possible de brancher un câble compatible dans n’importe quel sens.

Des performances brutes et résultats photo améliorés

Les Nexus n’ont jamais été réputés pour être les meilleurs photophones du marché, bien que le Nexus 5, décevant à ses débuts, ait bénéficié de mises à jour aux résultats encourageants. Son capteur de 8 mégapixels laisse en revanche la place à un appareil de 12,3 mégapixels au dos, avec une ouverture à f/2.0, des pixels de 1,55 µm (pour faire entrer plus de lumière), et un autofocus laser. De véritables améliorations sont donc à attendre en termes de résultats photo dans des conditions de basse luminosité, mais aussi en termes de rapidité de mise au point. Cependant, la stabilisation optique fait défaut sur le smartphone, et c’est là un manque : le Nexus 5 en était doté.

Capture d’écran 2015-09-29 à 18.12.49

En revanche, ce Nexus 5 propose une caractéristiques qui faisait défaut à son prédécesseur, puisqu’il est capable d’enregistrer des vidéos en 4K. Dommage toutefois que la mémoire interne du téléphone soit un peu juste pour en profiter sereinement.

Côté performances, le Nexus 5X joue la prudence, et se rapproche d’un LG G4. Il est en effet doté d’un SoC Snapdragon 808 de Qualcomm, une puce hexa-core cadencé à 2 GHz, compatible 64 bits et incluant un GPU Adreno 418. Ce dernier a montré ses résultats le Motorola Moto X Style et le Motorola Moto X Style, et épargne à l’utilisateur des problèmes de performances et de chauffe rencontrés avec le Snapdragon 810. Pour l’heure, il reste certainement le meilleur rapport performances-confort d’utilisation. Voilà qui rassure en tout cas.

Conclusion

En 2013, le Nexus 5 de Google et LG pouvait être considéré comme le fleuron du mobile d’alors. Très performant au regard des standards du moment, doté d’un bel écran, il avait l’avantage de proposer des caractéristiques haut de gamme à un tarif très abordable, et surtout sans compromis. Son successeur reste intéressant, puisque son Snapdragon 808 et ses différentes fonctionnalités font de lui un smartphone haut de gamme. Mais il n’apparaît plus véritablement comme le fer de lance de tout un marché, avec son design sans grand charme, et encore moins comme une bonne affaire. Car avec des caractéristiques en-deçà de smartphones de haut de gamme et un prix à peine en-dessous de celui de LG G4 ou Samsung Galaxy S6, sortis au premier semestre et dont le prix a baissé, il perd certainement son atout principal. Du moins, pour qui n’accorde pas véritablement d’importance à détenir parmi les premiers la toute dernière version d’Android, ici la 6.0 Marshmallow.