Sony annonçait la semaine dernière l’arrivée prochaine de sa dernière génération de montre connectée, la SmartWatch 2. Elle est désormais là, le LiveView d’il y a quelques années, et même la SmartWatch de 2012. La dernière montre intelligente de Sony conserve ses principales caractéristiques, mais vise à améliorer l’ergonomie générale de son prédécesseur.

Sony SmartWatch 2

Commençons par les informations concrètes et, selon les points de vue, la nouvelle qui pourrait fâcher : contre environ 150 € pour la première SmartWatch, la Sony SmartWatch 2 sera commercialisée au milieu du mois de septembre prochain au prix de 199 €. Ce prix s’entend avec un bracelet caoutchouté, tandis que pour bénéficier d’un bracelet cuir, il faudra compter 219 € – soit un tarif plutôt logique pour ce type de bracelet.

Encore à l’état de prototype, la SmartWatch 2 de Sony que nous avons pu prendre en main, à l’occasion de sa présentation française, nous a malheureusement encore laissés sur notre faim. Je m’explique : une montre, intelligente ou pas, est faite pour être portée toute la journée, dans la joie et le confort. Or les dimensions du bestiau, 41,6 mm x 41,1 mm x 9 mm pour un poids de 23,5 grammes somme toute léger, sont loin d’être à son avantage : la montre reste très encombrante, même si son bracelet cuir (voire son bracelet caoutchouc noir un peu mieux fini) améliore l’aspect de l’ensemble. Un détail concernant les petits poignets – féminins, le plus souvent : la photo ci-dessous parle d’elle-même…

Sony SmartWatch 2

Tout est question de proportions…

Trois améliorations, outre un design légèrement plus élégant avec des contours couleurs métal, permettent à la SmartWatch 2 de se démarquer de la précédente génération de Sony : elle est dotée du NFC, ce qui facilite grandement l’opération de l’appairage Bluetooth (ceux qui ont tenté l’aventure apprécieront) et est désormais étanche. Lors de son officialisation, Sony s’était montré plutôt confus sur le sujet, indiquant que la montre était tantôt « splashproof » (résistante aux éclaboussures mais ne devant pas être immergée), tantôt waterproof. Désormais, les choses sont claires : la montre est étanche et certifiée IP57 (plongée pendant 30 minutes jusqu’à 1 m de profondeur). Nous l’avons d’ailleurs vu passer quelques minutes dans un aquarium pour mieux nous le prouver. Autre amélioration, cette fois au niveau de la connectique : quand Sony annonce une autonomie de 3 à 4 jours, mieux vaut toujours avoir sous la main de quoi le charger, or la précédente SmartWatch devait être branchée via une prise propriétaire. Aujourd’hui, le Nippon est passé au micro USB, un standard compatible avec tous les smartphones sous Android. Puisque la montre ne fonctionne qu’avec cet OS, c’est tout ce qui compte.

Pour les quelques minutes de jeu avec cette montre qui nous ont été octroyées, nous avons pu constater une définition correcte (220 x 176 pixels) sur un écran LCD de 1,6 pouces d’une luminosité satisfaisante, bien que tout cela n’ait rien à voir avec un écran de smartphone. Sony n’hésite pas à annoncer la disponibilité de 200 mini-applications, bientôt rejointes par de nouvelles arrivantes, dans le catalogue dédié à la SmartWatch 2. Il s’agit des mêmes applications que celles qui concernaient la SmartWatch 1, dont la nouvelle montre reprend l’écosystème. L’idée est de pouvoir répondre à des appels, consulter ses SMS et notifications de réseaux sociaux, piloter son player musical, prendre des photos à distance… depuis la montre. On vous laissera juger de la notion de montre « plus autonome » mentionnée par la marque, qui nous laisse dubitatifs dans la mesure où à part jouer à des mini-jeux ou regarder l’heure, la montre n’a de sens que lorsqu’elle est connectée à un smartphone en Bluetooth. Autant dire les utilisateurs de Xperia, la petite montre arborant le même bouton Power rond que les Xperia Z, Z Ultra ou L.