Qualcomm vient tout juste de dévoiler la montre Qualcomm Toq. Une montre connectée de plus annoncée exactement au même moment que la Samsung Gear. La tendance des montres intelligentes se confirme.

083013_TOQ watch headsets black

Nous étions présents à la présentation d’ouverture d’Uplinq, la conférence annuelle de Qualcomm, lorsque Paul Jacobs a dévoilé, à la surprise générale, une montre connectée : la Toq.

Ce qu’il faut retenir de la Toq

Qualcomm est l’entreprise à l’origine du développement commercial de la technologie réseau CDMA et des processeurs Snapdragon. Deux technologies qui sont embarquées dans nombre de terminaux (même si CDMA est aujourd’hui obsolète, le fondeur américain en perçoit encore des subsides importants, la technologie étant encore utilisée par beaucoup de systèmes comme GPS et Galileo). C’est la première fois que l’entreprise de San Diego se lance sur le marché des terminaux avec sa Toq.

Ce mouvement a-t-il une importance stratégique pour le fondeur californien ? Parlons d’abord de cette fameuse montre !

Cette dernière est équipée d’un écran toujours lisible, à l’image de la Pebble. Toutefois, contrairement à cette dernière, la Toq embarque un écran de technologie Mirasol.

Mirasol est une technologie d’écran à modulation d’interférence. Le principe est relativement simple : un courant électrique permet de modifier le diamètre d’une cavité surplombée d’un film réfléchissant la lumière. En modifiant le diamètre de cette cavité, on influe sur la longueur d’onde de la lumière reflétée par le film. C’est donc une lumière de couleur différente qui est réfléchie par la cavité.

Sur les écrans Mirasol, chaque pixel est composé de plusieurs microcavités et peut donc rester « allumé » sans consommer d’énergie (ou du moins, très peu !). Autre avantage de la technologie : les écrans restent lisibles à la lumière du soleil.

20130904_122334(0)

Cette technologie prometteuse appartient à Qualcomm et à notre connaissance, la montre Toq est le premier terminal commercial à utiliser un écran Mirasol qui soit en couleur.

L’utilisation de cette technologie d’écran permet à la montre d’avoir une autonomie de 4 à 5 jours. La montre, tout comme les écouteurs sans-fils qui l’accompagnent, se rechargent par induction afin de ne pas avoir à brancher sa montre à un quelconque câble.

Les écouteurs sans-fils sont en fait des oreillettes Bluetooth pouvant fonctionner ensemble ou de façon séparée  ; ils sont livrés avec la montre.

La montre elle-même peut accueillir des applications autonomes ainsi que des applications dialoguant avec un téléphone Android. Un SDK Android est d’ailleurs prévu pour pouvoir afficher les notifications sur la montre. Les interactions avec le téléphone sont celles que l’on s’attend à avoir : gestion des appels, SMS, utilisation de la connexion internet du smartphone, etc.

Pour le moment, ce petit bijou n’est pas prévu avant novembre ou décembre et il semblerait que seuls les États-Unis soient ciblés. Le prix n’a pas été annoncé mais la fourchette donnée est de 300 à 350$.

Qualcomm apporte quelques idées fraîches sur un secteur décidément très tendance. En effet, pour le fondeur californien, une montre doit répondre à des contraintes particulières :

  • Une montre ne s’éteint pas. L’écran est un cadran et doit donc toujours être lisible.
  • Une montre, ça ne se branche pas. Ça se pose sur la table de chevet.
  • Une montre, ça ne se branche pas (le retour). Si elle fait office de baladeur, les écouteurs doivent être sans-fil

Qualcomm ne deviendra cependant pas un constructeur de terminaux mobiles, ni un horloger.

Lorsque l’on interroge les équipes de Paul Jacobs ayant travaillé sur le projet, on se heurte à un chiffre : seuls quelques dizaines de milliers d’exemplaires de cette montre seront fabriqués. C’est certes un nombre que toute bonne start-up « kickstartée » aimerait atteindre, mais c’est insuffisant pour parler d’une véritable stratégie globale transformant un fabriquant de processeurs en fabriquant de terminaux.

La Toq est autre chose. Il s’agit plus d’un véritable showroom commercial du savoir faire de Qualcomm : connectivité sans-fil, rechargement par induction, écran Mirasol, … La montre est un véritable concentré de brevets détenus par le fondeur californien. Il s’agit donc d’une stratégie commerciale visant à paver la voie aux intégrateurs partenaires afin qu’ils embarquent ces technologies, un peu comme le Nexus à ses débuts.

Plus d’informations sur le site officiel.