Oculus VR veut se lancer dans la réalisation cinématographique avec Oculus Story Studio. La firme a d’ailleurs présenté un premier court-métrage, Lost, au festival de Sundance.

lost oculus

Doit-on être surpris ? Non. Après avoir fait ses premiers pas dans le monde du jeu vidéo, la réalité virtuelle s’immisce discrètement dans le monde du cinéma. Hier, Oculus VR, filiale de Facebook, a annoncé le lancement d’Oculus Story Studio, une branche destinée à la conception et au développement de courts et longs-métrages cinématographiques. L’occasion de prouver que cette technologie ne sert pas qu’à participer à l’action, mais aussi à l’observer dans une position privilégiée. C’est peut-être aussi là le point d’interférence entre ce monde du jeu vidéo toujours plus réaliste, incarné, et raconté, à la façon du jeu Beyond Two Souls, et le septième art dans sa version 3D.

Visiblement, Oculus Story Studio mûrit déjà des idées depuis un bon moment, et après avoir montré son potentiel aux producteurs hollywoodiens, il s’est invité au festival du film indépendant de Sundance, dans l’Utah. L’occasion de présenter un premier projet baptisé Lost, un court-métrage de quelques minutes permettant au spectateur de suivre l’aventure d’une main de robot qui cherche le reste de son corps. Suivant le principe de l’Oculus Rift, le porteur du casque peut observer le monde dans lequel il est plongé à 360 degrés, et même chercher quelques secrets permettant de prolonger l’immersion de quelques minutes. Vous n’incarnez pas le héros, mais interagissez avec son environnement. Alors, jeu vidéo ou film ?

Lost a été réalisé par Saschka Unseld, connu pour être un ancien du studio Pixar et avoir participé aux films Toy Story 3 ou Rebelle. Oculus Story Studio s’est d’ailleurs basé sur Crescent Bay, le prototype le plus récent du casque de réalité virtuelle. Plusieurs de nos confrères américains, à l’image de The Verge ou Tech Crunch, ont eu l’occasion de se rendre à Sundance pour tester la chose. Et comme souvent avec l’Oculus, les avis sont variés. Si les premiers ont visiblement passé un moment agréable et immersif à souhait, les autres déplorent un manque d’interactivité malgré le caractère immersif de la chose. Oui, mais à trop impliquer le spectateur, n’est-on pas encore une fois dans le jeu, même sans manette entre les mains ?

L’année 2015 devrait voir fleurir des projets similaires à celui d’Oculus Story Studio, et ce dernier devrait présenter d’autres court-métrages prochainement. Avant, peut-être, de voir un jour un film dans nos salles de cinéma.