Samsung vient de trouver son premier concurrent dans le domaine de la mémoire flash UFS 2.0 puisqu’une entreprise coréenne vient de lancer la production de puces similaires.

Samsung-UFS-2

Retour en arrière. Il y a quelques mois, Samsung avait annoncé la production de masse de puces de mémoire flash UFS 2.0 en 32, 64 et 128 Go. Ces puces augmentent de manière considérable les performances en lecture et en écriture des smartphones et des tablettes tout en abaissant la consommation par rapport aux puces eMMC, et on les a retrouvées fort logiquement dans les Galaxy S6 et S6 edge officialisés lors du Mobile World Congress. Lors de notre test complet de performances, nous avions donc pu observer une nette amélioration par rapport au Galaxy Note 4, équipé quant à lui d’une puce eMMC. Le Galaxy S6 obtenait des scores très flatteurs en lecture/écriture séquentielle (318 / 143 Mo/s) et en lecture/écriture aléatoire (20 023 / 5 146 IOPS). Mais si Samsung était jusqu’à présent le seul à proposer ces puces répondant à la norme UFS 2.0, il a à partir de maintenant un concurrent.

Comme le révèle aujourd’hui le Korea Herald, la firme coréenne SK Hynix, spécialisée dans les semi-conducteurs, a annoncé débuter la production de puces 64 Go répondant également à la norme UFS 2.0. Pour la partie technique, et comme l’expliquait notre rédaction lors de la présentation des puces de Samsung, l’UFS permet d’augmenter les performances tout en abaissant la consommation. Pour l’instant, seuls deux smartphones sont équipés d’une puce UFS 2.0, mais la donne devrait très prochainement changer, surtout si un nouvel acteur entre en jeu. Afin de concurrencer Samsung, il devrait d’ailleurs commercialiser ses puces à des tarifs plus intéressants.