Les constructeurs chinois, à commencer par Huawei, Xiaomi et OPPO, passeraient aux écrans mini LED l’année prochaine. La raison invoquée serait un manque de stock de l’OLED, qui serait réservé en priorité à Apple.

La bataille des smartphones passe nécessairement par les composants qu’ils intègrent. Et rares sont les composants aussi visibles… que l’écran, première chose que l’on remarque en allumant son smartphone.

Depuis quelques années, l’OLED fait rage. Samsung a toujours été l’un des premiers à le mettre en avant, en étant aussi le principal fournisseur du marché. Alors que petit à petit, la production rattrape la demande, les constructeurs chinois devraient tout de même faire des concessions l’année prochaine.

Les constructeurs chinois condamnés à louper l’OLED

C’est l’information que rapporte le journal Digitimes. En effet, les constructeurs chinois tels que Huawei, Xiaomi ou encore OPPO seraient en train d’étudier la possibilité d’intégrer des écrans mini LED à leurs smartphones de 2018.

Pourquoi cela ? Tout simplement car la demande d’Apple en OLED grossirait une nouvelle fois sur l’année, faisant que même les stocks de panels OLED de LG lui seraient majoritairement acquis en prime de ceux de Samsung. Ainsi, les concurrents plus modestes se voient condamnés à changer de solution.

Le mini LED, concurrent très sérieux

Toutefois, ne pensez pas pour autant que le mini LED est inférieur. Au CES 2018, Samsung a présenté The Wall, une TV propulsée par une technologie similaire dont les performances sont prometteuses.

La plus grande différence entre les dalles à mini LED et OLED réside dans le fait que la première a toujours besoin de rétroéclairage. Aussi, la dalle est légèrement plus épaisse, et ne permet pas d’intégrer de technologie comme un scanner d’empreintes sous écran.

Reste que les modèles les plus haut de gamme des marques chinoises devraient encore profiter de l’OLED. Ce sont les appareils de milieu de gamme qui devraient être les plus touchés.