Intel a dévoilé il y a quelques jours ses résultats pour le quatrième trimestre 2014. Le fondeur en a également profité pour aborder l’année écoulée. Si la société se porte bien, sa division mobile est totalement à la traine avec une perte de 1,1 milliard de dollars sur le quatrième trimestre.

GAAP Data Intel

Intel est une véritable machine : la croissance de son chiffre d’affaires semble impossible à arrêter, malgré les petits accrocs que peut connaître le fondeur lors de certains trimestres. Encore une fois, le quatrième trimestre 2014 a été très bon pour Intel avec un chiffre d’affaires de 14,7 milliards de dollars (hausse de 6 % par rapport à l’année dernière) et 55,9 milliards de dollars pour l’année complète (soit une hausse de 6% également). Mais ces très bons chiffres ne doivent pas faire oublier que la division mobile d’Intel va mal et n’est absolument pas dans le vert.

En effet, sur le quatrième trimestre 2014, la division qui s’occupe des SoC à destination des smartphones et des tablettes n’a pas connu de croissance, bien au contraire. Le résultat est négatif, avec une perte de 1,1 milliard de dollars. Sur l’année 2014, la perte de cette division grimpe à 4,2 milliards de dollars, contre 3,1 milliards en 2013. La perte est donc davantage prononcée alors qu’Intel est de plus en plus présent dans les appareils mobiles et notamment les tablettes. Mais on sait que pour y arriver, le fondeur a dû dépenser de l’argent, pour faciliter l’intégration des puces x86 sur des produits habituellement dotés de puces ARM.

Pour relever la barre, Intel mise sur la gravure en 14nm qui devrait permettre à ses SoC d’être davantage compétitifs face aux puces ARM, connues pour leur excellente efficacité énergétique. Le 14nm sera utilisé sur les prochains Atom Cherry Trail qui viennent d’être envoyés aux constructeurs. Les premiers produits verront le jour lors du premier semestre 2015, accompagnés du modem XMM 726x supportant la 4G de catégorie 6. Rendez-vous dans un an pour faire le point et vérifier si le 14nm aura bel et bien permis à Intel de renouer avec les bénéfices sur le segment de l’ultra mobilité.