Nvidia vient d’annoncer sa volonté de se débarrasser de sa branche modem baptisée Icera. Une mauvaise nouvelle pour les 500 employés disséminés entre la France et la Grande-Bretagne.

ICERA nvidia

En 2011, Nvidia avait acheté la société anglaise Icera pour 367 millions de dollars. Icera est spécialisée dans la conception de soft modems, des modems logiciels dont les caractéristiques peuvent facilement être mises à jour de manière logicielle. Mais Nvidia compte bien se séparer de sa branche modem au cours du second trimestre de l’année fiscale 2016 (entre les mois de mai et juillet 2015) et se dit prête à revendre l’entreprise en tant que telle ou seulement ses technologies. Dans tous les cas, on peut craindre pour l’avenir des 500 salariés présents en France à Sophia Antipolis ainsi qu’en Grande-Bretagne, en Asie et aux États-Unis.

Avec Icera, Nvidia voulait être capable de créer des SoC intégrant la partie modem, à la manière de Qualcomm avec ses Snapdragon. L’entreprise y est parvenue avec le Tegra 4i, une puce très peu utilisée qu’on trouve – à notre connaissance – uniquement dans le Wiko Wax. Aucun autre constructeur de smartphones ou de tablettes n’a voulu intégrer ce SoC, contrairement aux Tegra sans partie modem comme le Tegra 4 ou le Tegra K1. Ces puces ont parfois été épaulées par le modem i500 (comme dans la Shield Tablet LTE) mais aux côtés du SoC, sur une autre puce.

On sait, sans trop de surprises, que Nvidia souhaite recentrer son business de puces basse consommation autour de marchés différents : le jeu vidéo, l’automobile et le cloud computing. Les modems intégrés ont donc peu d’importance sur ces marchés. Dans une console comme la Shield Android TV ou dans le cloud computing, la partie modem est absente. Sur les voitures, la légère surconsommation introduite par un modem externe n’est pas vraiment problématique.

On espère que Nvidia trouvera un repreneur pour Icera mais on voit mal une entreprise intéressée par la reprise des salariés et des locaux. On imagine que la plupart des constructeurs seront intéressés par les brevets et technologies.