On sait que Xiaomi travaille d’arrache-pied depuis de longs mois à la conception d’une puce mobile (SoC) maison, pour concurrencer Qualcomm, MediaTek et Samsung. Selon des sources proches du dossier, la puce répondrait au nom de Rifle et serait dévoilée pendant le mois de mai.

MediaTek

La rumeur d’un SoC mobile réalisé par et pour Xiaomi ne date pas d’hier, puisqu’on avait vu passer les traces en mai 2015. Dès le mois d’août, les rumeurs s’étaient renforcées avec l’arrivée d’un ancien cadre de chez Qualcomm chez Xiaomi, qui était censé préparer ce SoC mobile pour une officialisation en 2016. À chaque fois, il était question d’un partenariat avec le concepteur de puce Leadcore et l’utilisation de licences ARM. Cette fois-ci, le Korea Times ajoute du poids aux rumeurs, en citant un partenaire du projet. La puce serait nommée Rifle et pourrait être dévoilée en mai, lors d’un évènement qui se tiendrait le 10 mai prochain où nous devrions apercevoir le Xiaomi Mi Max et le Mi Band 2.

 

Des cœurs ARM

L’article du Korea Times ne s’est pas vraiment attardé sur la partie technique, et on sait seulement que Xiaomi se baserait sur les cœurs d’ARM puisque le géant chinois aurait conclu un accord de licence avec l’entreprise britannique. On imagine que Xiaomi se contentera d’utiliser des cœurs conçus par ARM, à l’image des Cortex-A72 ou Cortex-A53 et que l’entreprise chinoise n’a pas – encore – développé ses propres cœurs en interne comme vient de le faire Samsung avec les Exynos M1 sur la puce Exynos 8890 ou comme le fait aussi Qualcomm depuis des années avec les Krait et plus récemment avec les Kryo du Snapdragon 820. La grande surprise concerne la partie graphique : provient-elle de chez Imagination Technologies, qui traverse une période difficile, ou de chez ARM, avec les GPU Mali ?

 

Une puce d’entrée de gamme ?

Il ne reste donc maintenant plus qu’à patienter pour découvrir le Xiaomi Rifle qui devrait être utilisé pour les futurs smartphones à bas prix de la marque chinoise. Il nous paraît en effet difficile, avec peu d’expertise dans le domaine, de venir directement concurrencer les SoC haut de gamme de Qualcomm, Huawei et Samsung. D’ailleurs, LG s’est cassé les dents sur le domaine, en sortant le LG Nuclun, une puce très décevante. Le géant coréen travaillerait d’ailleurs sur un Nuclun 2.

À lire sur FrAndroid : MediaTek ne croit pas aux processeurs maison de Xiaomi