Plusieurs médias, dont XDA, viennent de publier des résultats alarmants : comme HTC et Samsung il y a quelques années, OnePlus et Meizu ont été pris en train de tricher avec des benchmarks.

Rappelez-vous, HTC et Samsung boostaient leurs appareils lorsque un benchmark était lancé. Une pratique que l’on a déjà pu retrouver également chez les acteurs des telecoms, lorsque l’on lance des tests de débits. Aujourd’hui, c’est OnePlus et Meizu qui ont été épinglés.

Les chiffres publiés en début de semaine dévoilent un vrai système de triche mis en place sur les OnePlus 3, OnePlus 3T et Meizu Pro 6. 

Mise à jour : nous avons les résultats de nos test. Vous pouvez les retrouver sur notre autre actualité.

XDA s’est rendu compte de la supercherie après avoir contacté Primate Labs, éditeur de Geekbench. C’est une des solutions de benchmark que nous utilisons dans une version avancée pour nos tests de performances. Pour prouver la supercherie, XDA a installé une version alternative de GeekBench nommée « Bob’s Mini Golf Putt« . Ils se sont vite aperçus que les constructeurs chinois avaient programmé des comportements prédéfinis lors du lancement de GeekBench pour booster les scores obtenus. La triche n’est pas seulement limitée à Geekbench, elle toucherait également d’autres benchmarks comme AnTuTu par exemple. OnePlus et Meizu augmentent sensiblement les fréquences d’horloge du CPU et du GPU pour booster les résultats, comme vous pouvez le voir sur le graphique plus haut fourni par XDA.

Meizu et OnePlus : des comportements différents

De notre côté, nous avons lancé toute une série de tests techniques avec différents outils, nous publierons une partie des résultats demain. Vincent a obtenu des résultats assez précis qui expliquent le comportement des appareils. Nous pouvons d’or et déjà noter une différence entre Meizu et OnePlus : Meizu semble avoir adopté un vrai comportement de triche, OnePlus de son côté booste son CPU et son GPU sur plusieurs applications et jeux gourmands. Cela pourrait être une simple optimisation du Snapdragon lors d’un usage intense de l’appareil.

Dans nos tests de smartphones, le benchmark vient surtout confirmer le ressenti observé lors de l’utilisation de l’appareil : nous pouvons ainsi mieux comprendre son comportement lors du lancement d’une app gourmande, ou par exemple la façon dont il modifie la fréquence d’horloge du CPU pour limiter sa chauffe. Cela reste un outil utilisé à titre informatique. D’ailleurs, OnePlus reste bien souvent premier dans nos tests de performances de type speedtest, bien plus proches d’une utilisation réelle d’un smartphone.

À lire sur FrAndroid : OnePlus et Meizu ont triché dans les benchmarks : nos résultats