Samsung travaille actuellement sur deux puces milieu de gamme, dont l’une utiliserait une finesse de 10 nm, une première pour ce segment du marché.

La puce Samsung Exynos 9610 refait parler d’elle dans une nouvelle fuite. Ce nouveau SoC du fabricant coréen doit concurrencer le Snapdragon 660 de Qualcomm sur les smartphones milieu de gamme.

D’après cette nouvelle source, Samsung utiliserait le procédé de fabrication en 10 nm pour le moment réservé à la fabrication des Snapdragon 835, pour le compte de Qualcomm, et de la puce Exynos 8895 du Samsung Galaxy S8.

Le processeur utiliserait 4 coeurs Cortex-A73, 4 coeurs Cortex-A53 et une puce graphique Mali-G71, c’est-à-dire la même architecture que la puce Kirin 960 de Huawei, que l’on retrouve dans le Huawei Mate 9, le Huawei P10 ou plus récemment dans le Honor 9.

Samsung a l’habitude de réserver ses propres architectures pour ses puces haut de gamme, et s’appuyer sur les solutions d’ARM pour les autres gammes. Il n’est donc pas surprenant de retrouver des coeurs Cortex et Mali venant d’ARM dans ce nouveau SoC.

 

Exynos 7885 : une puce pour le Samsung Galaxy A7 (2018) ?

La source mentionne une autre puce, l’Exynos 7885, qui semble moins ambitieuse que l’Exynos 9610.

Ce SoC utiliserait toujours l’ancien procédé en 14 nm et n’intégrerait que 2 coeurs Cortex-A73 avec toujours 4 coeurs Cortex-A53. Ce processeur aurait déjà été sélectionné pour être intégré au Samsung Galaxy A7 (2018), le plus haut de gamme des modèles de la série A, qui ne sort habituellement pas en Europe.

Il faudra probablement attendre la fin de l’année, après la sortie du Galaxy Note 8, pour en apprendre plus sur cette nouvelle génération de smartphone milieu de gamme.