La société Silent Sircle, à l’origine du Blackphone, a réussi à lever plus de 30 millions de dollars pour le développement de son terminal. Une aubaine pour ce téléphone réputé ultra-sécurisé.

blackphone_back

Silent Circle ne doit pas avoir beaucoup d’amis à la NSA. Pour cause, la société co-fondée par Mark Zimmermann, un spécialiste des logiciels de chiffrement, a présenté un projet déjà abouti de téléphone ultra-sécurisé au Mobile World Congress en février de cette année. Elaboré en partenariat avec le constructeur espagnol Geeksphone, ce terminal a été sujet à une levée de fonds pour son développement, comme le rapporte le communiqué de presse officiel publié par la firme. Et les investisseurs n’ont pas été farouches puisque ce ne sont pas moins de 30 millions de dollars qui ont été récupérés. Une somme qui provient principalement de Ross Perot Jr., un homme d’affaires texan et héritier de la société Perot Systems spécialisée en technologies de l’information, ainsi que du fonds d’investissement Cain Capital LLC, basé au Texas également.

Mike Janke, le CEO de Silent Circle, s’est félicité de cette réussite : « Les annonces du jour témoignent de l’énorme engouement autour de notre but qui est de proposer des communications sécurisées et privées à une échelle globale ». La somme permettra également à la firme de pouvoir produire le Blackphone a plus grande échelle puisque la demande est, semble-t-il, importante. Pris en main par nos soins lors du MWC, le Blackphone possède une fiche technique honnête avec un écran HD de 4,7 pouces, un processeur quadruple-coeur (Nvidia Tegra 4i, normalement) cadencé à 2 GHz, 16 Go de mémoire interne, et 2 Go de mémoire RAM. Il est également compatible LTE, mais son atout maître réside dans son logiciel et sa supposée protection « anti-NSA » comme on l’appelle vulgairement, avec son PrivatOS basé sur Android.

Parmi une myriade de fonctionnalités de « sécurité » et d’anonymat, le Blackphone possède notamment un « Security Center », application permettant de faire le tri dans les permissions attribuées pour les applications du smartphone. Et la sécurité, qu’on en doute ou qu’on y croie, a un prix : 629 dollars.