Les responsables de Nokia n’aiment pas parler de leurs concurrents. Nous avons ainsi discuté avec Florian Seiche, patron de HMD, qui estime qu’il n’y a pas besoin de se comparer aux autres. Cela n’empêche pas sa firme de nourrir de grosses ambitions.

Avez-vous déjà suivi le lancement d’un tout nouveau smartphone ? Lors de ces événements, bon nombre de constructeurs adorent comparer leur dernier produit à ceux de la concurrence — surtout aux plus récents iPhone d’Apple. Performances x fois plus élevées, meilleure caméra ou autonomie supérieure… Il y a toujours au moins une qualité à mettre en avant par rapport à un adversaire désigné.

Huawei, Samsung, Xiaomi le font dans leurs présentations ou dans leurs publicités et j’en oublie sans doute une flopée. Mais il existe également des marques qui semblent faire fi de la concurrence et continuent de tracer leur sillon dans leur coin.

C’est notamment le cas de Nokia. À l’occasion du lancement des Nokia 2.1, 3.1 et 5.1, j’étais présent à Moscou en Russie. L’occasion de prendre en main les produits, mais aussi de discuter brièvement avec Florian Seiche, le CEO de HMD Global.

Pour rappel, HMD est la firme à laquelle nous devons le grand retour de Nokia et l’adoption d’Android sur les smartphones de la marque. Et depuis 2017, le Finlandais ne s’amuse à aucun moment de ses conférences à mentionner les appareils de ses concurrents. Il se contente de présenter ses produits, ni plus ni moins.

Cela s’explique peut-être par le fait que Nokia semble beaucoup plus se concentrer sur l’entrée et le milieu de gamme, des secteurs où la comparaison est moins fréquente. Mais il y a aussi une autre raison que l’entreprise veut mettre en avant. « Nous préférons nous concentrer sur le développement de nos propres produits et bien communiquer sur nos offres afin que ce soit le plus clair possible pour nos consommateurs », raconte Florian Seiche.

Nous gagnerons de plus grandes parts de marché

J’aborde rapidement la question de l’arrivée de Xiaomi en France afin de savoir si Nokia s’en inquiète. Mais le patron de HMD se contente de répondre que ses équipes sont conscientes de la compétition des concurrents, mais il ne concède aucun autre commentaire. « Concentrons-nous simplement sur nos propres appareils. Le plus important c’est de comprendre l’utilisateur et savoir ce qu’il y a de mieux pour lui »répète-t-il.

D’aucuns pourraient y voir un manque d’ambition, ou l’absence d’esprit de compétition. Mais qu’ils ne s’y trompent pas. « C‘est en agissant comme nous le faisons que nous gagnerons de plus grandes parts de marché » assure Florian Seiche.

Humbles et humains

« Nous sommes humbles et humains », affirme le CEO de HMD. Or ces belles qualités n’empêchent pas les responsables de Nokia de nourrir de grands espoirs pour l’avenir. « Nous voulons évidemment redevenir l’un des plus importants acteurs du marché des smartphones ».

Une fois de plus, mon interlocuteur se garde bien d’émettre le moindre avis sur les autres constructeurs. Néanmoins, son entreprise n’a jamais caché son envie de devenir le numéro 3 mondial aussi rapidement que possible, et donc de chiper la place occupée actuellement par Huawei.

Le Nokia 5.1

Pour continuer de grandir, HMD mise énormément sur la qualité d’Android One et la satisfaction que procure l’expérience Android pure et toujours mise à jour. Florian Seiche indique aussi que sa firme va essentiellement se concentrer sur des marchés où il existe une très forte dynamique telle que la Russie, le Mexique, l’Afrique du Sud, l’Inde ou l’Indonésie. Le marché européen reste toutefois également important aux yeux du Finlandais puisqu’il s’agit de son continent d’origine.

Nous avons abordé divers sujets avec Florian Seiche, notamment celui des ambitions de la marque Nokia. Un compte-rendu de notre échange est disponible sur Numerama. Pour aller plus loin, n’hésitez pas non plus à consulter notre conversation avec Bertrand Dupuis, responsable de HMD en France.

À lire sur FrAndroid : Nokia 8 Sirocco : « on a notre ADN, on ne chasse pas le Galaxy S9 ou l’iPhone X »