David Limp, vice-président d’Amazon, a admis que la firme s’était fourvoyé sur le prix de lancement de son Fire Phone.

fire phone

Chez Amazon, on admet quand on fait une erreur. Et d’après ce qu’a expliqué David Limp, vice-président d’Amazon, au magazine Fortune : le Fire Phone en était une. Pas le produit en lui-même, mais plutôt son positionnement. En effet, l’homme explique que le tarif de l’appareil a été surévalué. « Nous n’avons pas proposé le bon prix », explique-t-il. « Je pense que les gens s’attendaient à une grande valeur ajoutée, et nous étions en quelque sorte en décalage avec leurs attentes. Nous pensions avoir fait les bons choix. Mais nous sommes également capables de dire que nous étions à côté. Et nous avons rectifié le tir ».

Malheureusement, c’est un peu tard. Le positionnement de départ trop élevé du smartphone pour des caractéristiques finalement assez banales – écran HD, SoC Snapdragon 800, 2 Go de RAM et capteur arrière de 13 mégapixels pour 600 dollars -, lui ont valu des critiques acerbes de la part de la presse spécialisée, mais aussi des utilisateurs. The Verge note d’ailleurs que sur plus de 3 000 notes accordées par les utilisateurs, la moyenne se situe à 2 étoiles et demie, soit l’équivalent d’un 10/20. C’est assez faible.

Du coup, l’Amazon Fire Phone a subi un effet boule de neige. Le smartphone n’est pas formidable malgré son écran à effet 3D, et son prix bien trop élevé. Il obtient alors de mauvaises appréciations, et ne se vend pas. Et qui dit peu de ventes, dit produit peu attirant. La machine est alors lancée, et même avec une baisse du tarif, il est bien difficile de rattraper l’erreur. En août, on estimait même que seulement 35 000 exemplaires du Fire Phone s’étaient vendus dans le monde.