Rovio, le développeur derrière la série Angry Birds, affirme qu’Amazon Underground lui a permis de gonfler sérieusement les revenus générés par ses jeux.

Amazon Underground

Cela fait maintenant un peu plus de trois mois qu’Amazon Underground a été lancé et Amazon tient désormais à en faire la promotion auprès des développeurs. Rappelons qu’Underground se présente comme une boutique d’applications entièrement gratuite pour les utilisateurs. Cette gratuité est toutefois relative puisque Amazon, via les permissions de son application mobile, récupère les données personnelles des utilisateurs et affiche parfois des publicités. Du côté des développeurs, Amazon les paye en fonction du temps passé par les utilisateurs sur leurs applications. Plus les utilisateurs y passent de temps, plus ils sont payés par Amazon. A priori, tout le monde est gagnant, que ce soit les utilisateurs, les développeurs, mais aussi Amazon, dont l’App Shop, son catalogue d’application, est beaucoup moins populaire que le Play Store.

 

Un système qui profite aux développeurs de jeux populaires

Près de trois mois après ce lancement, Amazon a interrogé quelques développeurs pour leur demander leur avis sur Underground. Halfbrick Studios, le créateur de Jetpack Joyride ou Fruit Ninja  (mais aussi du récent Radical Rappelling), affirme ainsi qu’après un mois sur Amazon Underground, ses deux jeux avaient téléchargés deux fois plus que sur l’App Shop et avaient généré deux fois plus de revenus. Même son de cloche chez Rovio, qui propose actuellement Angry Birds Rio, Angry Birds Slingshot Stella, Angry Birds Space et Bad Piggies sur Amazon Underground. Le développeur déclare qu’après un mois sur la nouvelle plateforme d’Amazon, ces quatre jeux ont généré trois fois plus de revenus que sur l’Amazon App Shop.

Ces chiffres sont évidemment à relativiser. On le disait un peu plus haut, l’App Shop n’est pas la boutique d’applications la plus populaire auprès des utilisateurs d’Android. ll est très probable que les revenus générés par les jeux cités n’étaient pas faramineux. Il faut également prendre en compte la taille des studios et la popularité des jeux qu’Amazon prend en exemple. Un JetPack Joyride ou un Angry Birds avec tous les achats in-app débloqués auront toujours plus de popularité que n’importe quel autre bon jeu moins connu. En fait, on ne sait pas à qui profite réellement Amazon Underground. Pour être réellement convaincant, Amazon aurait probablement dû interroger des développeurs plus petits.