Amazon a procédé à une petite mise à jour de son assistante vocale Alexa, qui est disponible via son périphérique Echo. Celle-ci devrait amuser les amateurs de science-fiction.

Dévoilé fin 2014, Amazon Echo est un appareil cylindrique qui joue le rôle d’assistant vocal, mais aussi de centrale domotique pour le foyer. Avec ses sept microphones, Echo est en permanence sur le qui-vive pour effectuer les instructions que l’utilisateur donne à haute voix à « Alexa », le nom de l’assistante virtuelle qui figure à l’intérieur du boîtier.

Pour activer Alexa et lui dire quoi faire, il faut utiliser un « mot d’éveil ». En effet, si le dispositif est constamment sur écoute, c’est avant tout pour guetter le moment où son propriétaire prononcera le mot-clé de mise en route. Par défaut, celui-ci s’avère être le prénom donné à l’assistante virtuelle, mais il en existe d’autres comme « Amazon » et « Echo ». Le changement, qui peut prendre quelques minutes avant d’être effectif, est très simple puisqu’il se fait dans les réglages du produit.

Cette petite liste de mots d’éveil est aujourd’hui complétée par un quatrième terme d’activation. Remarqué par Android Police, ce changement permet aux propriétaires d’un Amazon Echo de dire à haute voix « Ordinateur » (en fait, « Computer »), ce qui ravira sans doute les amateurs de science-fiction qui rêveraient de pouvoir convoquer une intelligence artificielle en l’appelant à haute voix de la même manière que dans Star Trek.

Amusant, mais…

Un bémol toutefois : si des termes comme « Amazon » et « Echo » existent dans le langage courant, notamment anglophone, tout comme le prénom « Alexa », leur fréquence d’utilisation dans une conversation courante est relativement faible, à la différence d’un mot comme « Computer », qui est susceptible d’apparaître davantage dans une discussion, du fait de la place du numérique dans la société et au regard du rôle que jouent les ordinateurs.

Dans ces conditions, l’utilisateur ne risquerait-il pas d’activer par mégarde Amazon Echo ? C’est peut-être justement ce qui est arrivé dans le cadre d’un fait divers aux États-Unis. La police américaine s’efforce d’obtenir des enregistrements sonores qu’Amazon Echo aurait conservés par hasard au moment d’un meurtre. Sans aller jusqu’à ce cas de figure extrême, on peut imaginer que le cylindre vendu par Amazon pourrait être mis en écoute de façon involontaire en prononçant le mot d’éveil dans un tout autre contexte.

Ces problématiques, les Français n’y sont pour l’instant pas confrontés. En effet, la disponibilité commerciale du produit est pour l’instant restreinte à une poignée de pays répartis entre l’Amérique du Nord et l’Europe (le Royaume-Uni et l’Allemagne). Cela étant, il est facile d’éviter ce désagrément : il suffit de s’abstenir d’utiliser un mot d’éveil trop commun et le tour est joué.

À lire sur FrAndroid : Amazon Echo Dot : un assistant virtuel à la maison pour moins de 50 dollars