Le premier libraire mondial a le marché de l’alimentaire français dans son viseur.

Depuis plusieurs mois, Amazon veut diversifier ses activités au-delà de l’e-commerce de produits high-tech et culturels pour lequel la plupart de ses clients le connaissent. Cela passe par exemple par son arrivée dans nos maisons avec la gamme Echo, qui débarquera bientôt en France, ou par ses ambitions sur le marché agroalimentaire. La firme a ainsi fait l’acquisition du géant américain Whole Foods en 2017, et lancé son premier magasin complètement automatisé en début d’année.

Le marché français visé après les États-Unis

Frédéric Duval, le directeur général d’Amazon France, a répondu aux questions de nos confrères du JDD. On y apprend tout d’abord que l’alimentaire est bien un « un axe de développement depuis le lancement de notre offre Amazon Fresh aux États-Unis en septembre 2016 ». Il tempère toutefois un développement similaire en France à court terme :  « Nous aurions bien entendu envie de lancer ce service en France, mais chaque chose en son temps. »

Des discussions sont pourtant en cours entre Amazon France et les géants français de la distribution. Le groupe Système U, en particulier, a fait savoir qu’il négociait pour forger une alliance avec le géant de l’e-commerce. En 2017, Le Monde avait révélé que Amazon réfléchissait à racheter un distributeur en France, Carrefour et Monoprix avaient été mentionnés.