Depuis bien des années maintenant, vous n’êtes pas sans savoir que Samsung et Apple semblent adorer jouer au chat et à la souris lorsque l’on rentre dans le domaine des brevets, de la propriété intellectuelle et tout ce qui s’ensuit. Naturellement, les lois ne sont pas les mêmes en fonction de l’origine de l’entreprise. Par exemple, une entreprise étrangère n’aura pas les mêmes avantages qu’une entreprise américaine.

Apple-vs-Samsung5

À ce jour, il existe de nombreuses affaires qui opposent Apple à Samsung et vice-versa. Aujourd’hui, une interdiction de vente, ciblant non pas Apple, mais Samsung, refait surface suite à la décision portée par un porte-parole de l’administration américaine. Après plusieurs mois de batailles juridiques, l’administration américaine aurait, selon Bloomberg, donné raison à Apple dans une affaire portant sur l’interdiction d’importation d’anciens smartphones et tablettes Galaxy de son concurrent Samsung (épargnant ainsi les nouveaux terminaux du fabricant sud-coréen) :

« Après avoir soigneusement pesé les considérations politiques, y compris l’impact sur les consommateurs et la concurrence, les conseils des agences et l’information apportée par les parties concernées, j’ai décidé de permettre l’interdiction d’importation » a décidé un porte-parole de l’administration américaine.

Un démêlé avec la justice qui semble ne pas avoir de fin, en tout cas pour Apple qui a été accusé (avec Motorola) par la cour de Floride d’utiliser ses brevets pour des raisons stratégiques et de trop faire appel à la justice au lieu de régler ses différends à l’amiable. L’histoire sans fin à la sauce américaine prend la forme d’une guerre des brevets aux multiples visages et, à l’instar des soap-operas chers au pays de l’oncle Sam, multiplie les rebondissements pour mieux s’étirer en longueur.

via ZDNet