Samsung a indiqué par une déclaration officielle que les procédures judiciaires l’opposant à Apple ne se poursuivraient pas hors des Etats-Unis, après qu’un accord a été trouvé entre les deux constructeurs de smartphones. Sur le territoire américain, en revanche, pas de trêve.

new york

La trêve est déclarée

« Samsung et Apple sont convenus de renoncer à tout contentieux entre les deux entreprises en dehors des États-Unis ». Voilà ce qu’a déclaré Samsung, mettant ainsi un terme aux procédures en cours dans les autres régions du monde. Après une première procédure d’Apple envers son concurrent aux Etats-Unis, le géant coréen avait répliqué dans huit autres contrées, à savoir la France, la Corée du Sud, l’Allemagne, le Japon, l’Italie, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne et l’Australie. Le Californien avait alors fait de même dans cinq de ces pays, et les deux protagonistes étaient empêtrés dans des dossiers complexes au dénouement interminable. Le but de ses plaintes : faire interdire la vente de smartphones de son concurrent sur les territoires concernés. Mais ces procès coûtent très cher, pour des gains potentiels relativement faibles. C’est maintenant terminé, du moins hors des Etats-Unis.

Centralisation de la bataille

C’est au pays de l’Oncle Sam que les deux ennemis livreront dorénavant bataille. Les procédures en cours aux Etats-Unis n’ont donc pas été stoppées. En effet, toujours dans le même communiqué, Samsung déclare que « les entreprises maintiennent les poursuites en cours devant les tribunaux américains ». Pourquoi ? Parce que la procédure y est plus avancée, et que Samsung est dans l’attente d’un procès en appel après avoir perdu la première manche contre son adversaire pour la violation présumée d’une série de brevets. Le préjudice portait d’abord sur la somme d’un milliard de dollars, mais en mai dernier, elle a été revue fortement à la baisse : 120 millions de dollars. Une facture que le Coréen n’est d’ailleurs toujours pas enclin à régler.

Pas d’accord pour autant

Si Apple et Samsung ont décidé d’arrêter les frais hors des Etats-Unis, ils n’ont pas pour autant trouvé de terrain d’entente sur l’utilisation des brevets. Un point encore une fois abordé par Samsung qui mentionne que « l’accord ne prévoit aucun arrangement concernant les licences ». On en reste donc au point mort, en attendant que la justice américaine rende un verdict final.