L’autonomie est le point faible de toutes les smartwatchs du moment. Et selon les dernières rumeurs, l’Apple Watch ne ferait pas beaucoup mieux, voire pire, que les montres installées sous Android Wear.

Apple Watch

Dévoilée en fanfare l’année dernière, l’Apple Watch promettait monts et merveilles aux utilisateurs d’iPhone. Mais entre un (ou plutôt des) design premium, une partie logicielle poussée et des caractéristiques techniques plutôt alléchantes, Apple s’était bien gardé de parler du point le plus sensible de son nouvel appareil : l’autonomie. Qu’à cela ne tienne, le site 9to5mac.com a réussi à faire parler une source interne à Apple et en a tiré beaucoup d’informations concernant la batterie et surtout les tests d’autonomie actuellement menés dans les laboratoires de la marque à la pomme.

9to5mac nous apprend tout d’abord qu’Apple a bien opté pour un processeur puissant (une puce S1, produite par Samsung) et un écran Retina, de grande qualité. Cela permettrait à l’Apple Watch de bénéficier de performances « proches du processeur A5 d’Apple que l’on peut trouver dans les générations actuelles d’iPod Touch […] et d’afficher à l’écran 60 images par secondes ». La contrepartie de cette débauche de puissance et de beauté d’affichage, c’est que la petite batterie de l’Apple Watch (dont la capacité n’a jamais été dévoilée jusqu’à présent) ne sera certainement pas apte supporter des composants aussi énergivores.

Et si l’on en croit 9to5mac, les premiers tests d’autonomie effectués dans les locaux d’Apple ne sont pas franchement éblouissants. L’année dernière, nous apprend le site américain, Apple espérait que l’Apple Watch soit capable de tenir de 2 heures et demie à 4 heures en faisant tourner continuellement des applications. La montre devait alors être capable de tenir 19 heures en usage actif/passif, de tenir 3 jours sans l’utiliser et 4 jours en mode “Ne pas déranger”. Les premiers tests montraient alors que l’Apple Watch n’était pas capable de tenir plus de deux ou trois jours sans utiliser d’application.

Mais les derniers tests réalisés par Apple avec des applications tierces ne se sont pas montrés aussi convaincants. Apple espère désormais que sa montre puisse tenir 2 heures et demie en faisant tourner des applications gourmandes du point de vue du processeur, et trois heures et demie avec l’utilisation d’applications « standards ». Une autonomie qui se rapproche, a priori, de ce dont sont capables actuellement les montres connectées sous Android Wear.

Trois heures d’affichage… de l’heure

La plus grosse déception à venir provient toutefois de l’affichage de l’heure sur l’Apple Watch. La source de 9to5mac indique en effet qu’Apple a testé l’autonomie de sa Watch en affichant uniquement l’heure, avec l’animation de l’aiguille des secondes mais sans autre application ouverte en tâche de fond. L’autonomie de la montre serait alors de 3 heures, ce qui a obligé Apple à éteindre l’écran de la montre quand celle-ci n’est pas utilisée. On ne sait pas encore si Apple compte utiliser l’accéléromètre pour activer automatiquement l’écran de la montre lorsqu’on s’apprête à l’utiliser. Le contraire serait en fait étonnant.

Avec plus de 3000 tests d’autonomie effectués en ce moment, l’autonomie serait l’un des centres d’attention d’Apple concernant sa smartwatch. Et toujours selon la source de 9to5mac, Apple espère toujours une autonomie moyenne de 19 heures mais ne pense pas y parvenir sur sa première génération de montre. L’Apple Watch ne fera donc pas de miracle au niveau de l’autonomie. Si cette source dit vrai, il est d’ailleurs même possible que son autonomie soit légèrement inférieure à celle des premières générations de montres sous Android Wear, pourtant assez mauvaises dans le domaine.

L’Apple Watch devrait sortir à la fin du premier trimestre de cette année à un prix pour le moment inconnu mais que l’on pense situé aux alentours de 350 ou 400 euros.