Après Samsung et Qualcomm, Apple utilise à son tour un procédé en 10 nm pour la fabrication de ses puces maison.

Si en 2017 les fabricants semblent parler uniquement des écrans sans bords, une autre transition technologique importante a lieu : le passage au 10 nm pour les processeur haut de gamme.

D’une part ce nouveau procédé de fabrication permet de faire des puces plus économes en énergie, ou plus performantes à consommation égale, et d’autre part, c’est la première fois qu’un procédé de fabrication est plus avancé sur mobile que sur ordinateur. Les derniers processeurs Intel utilisent en effet une fabrication en 14 nm.

Pour le moment seuls Qualcomm, avec le Snapdragon 835, et Samsung, avec l’Exynos 8895, utilisent ce nouveau procédé, mais ils devraient bientôt être rejoints par Huawei avec le Kirin 970.

L’A10X d’Apple utilise à son tour le 10 nm

Alors que l’on n’attendait pas l’utilisation du 10 nm chez Apple avant l’annonce de l’iPhone 8 en fin d’année, il se trouve que les nouveaux produits de la marque sortis cette été en profitent déjà. C’est le cas du nouvel iPad Pro avec son SoC A10X Fusion, dont la fabrication a été confiée à TSMC.

Cette nouvelle puce intègre un processeur à 6 cœurs, dont 3 coeurs haute performance, et une puce graphique à 12 cœurs. Il s’agit probablement du processeur ARM le plus véloce sur le marché mobile à ce jour. Comme son nom l’indique, l’Apple A10X est une version améliorée de l’Apple A10 Fusion intégré à l’iPhone 7.

La firme devrait dévoiler l’Apple A11 en septembre, avec son nouvel iPhone, qui pourrait une nouvelle fois marquer des records de performance.