Apple fait face à des problèmes de production concernant l’iPhone X. Les responsables seraient les capteurs en façade permettant l’utilisation de Face ID.

Mise à jour du 26/10/2017 : Apple a fermement démenti avoir affaibli le cahier des charges de Face ID pour augmenter la production de l’iPhone. De son côté, Bloomberg maintient sa position et son article. Apple n’a cependant pas démenti les difficultés de production du capteur frontal de l’iPhone X.

Notons qu’Apple ne commente habituellement pas les articles et les rumeurs de ce type. La réaction du géant est donc surprenante, mais pourrait s’expliquer par le caractère très sensible de Face ID. Il s’agit en effet d’une nouvelle fonction de sécurité, qui remplace totalement Touch ID et doit encore faire ses preuves. On se souvient qu’Apple avait déjà réagi après la première démonstration de Face ID, lorsque la technologie avait rencontré un problème sur scène.


Avec l’iPhone X, Apple met fin à son très vieux design lancé avec l’iPhone 6 datant de 2014, il y a plus de trois ans. Pour cela, la firme a troqué l’écran IPS pour un bel écran OLED bord à bord fabriqué par Samsung. Problème, l’utilisation de cet écran empêche l’intégration du capteur d’empreintes Touch ID de la firme. Les ingénieurs ont donc choisi une autre technologie de biométrie, bien plus ambitieuse : une reconnaissance 3D du visage de l’utilisateur.

Cette nouvelle méthode, appelée Face ID, a selon certains analystes 2 à 3 ans d’avance sur la concurrence, et pour cause, jusqu’à présent les systèmes 3D étaient intégrés dans des appareils bien plus encombrants comme la Surface Pro de Microsoft ou le capteur Kinect de la Xbox.

Un capteur très, ou trop, compliqué à fabriquer

Un article de Bloomberg fait le point sur cette nouvelle technologie et les enjeux concernant son intégration. En façade de l’iPhone X, on retrouve plusieurs composants, dont un projecteur qui va placer plus de 30 000 points sur le visage de l’utilisateur pour créer un scan en 3D.

C’est cet élément qui poserait le plus de problèmes à la firme. Seuls deux fournisseurs, Lumentum Holdings et II-VI, ont réussi à tenir le cahier des charges d’Apple, alors qu’un troisième, Finisar, n’était pas au niveau. L’assemblage des projecteurs avec les lentilles se fait ensuite par LG Innotek et Sharp, qui ont eux-mêmes rencontré des problèmes avec l’opération. En effet, un décalage de seulement quelques micromètres à l’assemblage peut rendre défaillant l’ensemble.

D’après une source proche du sujet, à un moment de la production, seulement 20% des projecteurs produits étaient utilisables, d’où le ralentissement de la part de LG et Sharp pour faire augmenter ce taux.

Baisser la qualité de Face ID pour augmenter la production

Bloomberg Technology, toujours très bien informé concernant Apple, rapporte que la firme à la Pomme aurait accepté de revoir à la baisse ses critères de qualité concernant les composants de Face ID. Plus précisément, Apple a donné du mou aux tests des modules assemblés, ce qui devrait réduire le temps de production.

Cette décision aurait été prise pour augmenter la production. Depuis quelques jours, de nombreuses sources rapportent en effet que la production de l’iPhone X serait insuffisante et qu’Apple ne réussirait à produire que 20 millions d’exemplaires en 2017. À titre de comparaison, Apple avait vendu 78,3 millions d’iPhone, tous modèles confondus, entre octobre et décembre 2016.

Impossible de dire pour le moment quel impact cette décision d’Apple aura sur la qualité de Face ID, mais il semble clair que la décision a été prise dans l’intérêt du portefeuille de la marque, plutôt que celle de ses clients.

Les précommandes de l’iPhone X ouvriront le 27 octobre pour des livraisons prévues à partir du 3 novembre. Nous avons publié un guide d’aide pour commander le nouveau smartphone très attendu.