Les animojis ne seraient pas réservés, techniquement, à l’iPhone X et sa caméra TrueDepth. Le début de l’AnimojiGate ? Non, juste la preuve que c’est un petit argument marketing ludique pour vendre la caméra 3D du nouveau fleuron d’Apple.

Faire parler un caca, c’est ça le progrès !

Quelle fonctionnalité « révolutionnaire » de l’iPhone X a mis les réseaux sociaux sens dessus dessous ? Le déverrouillage via Face ID ? L’écran (presque) sans bord ? La puce A11 Bionic et sa partie dédiée à l’intelligence artificielle ? Mais non voyons : c’est la possibilité de faire parler un émoji caca et de l’envoyer via iMessage. Les animojis ont tout d’une idée absolument effarante sur le papier, mais dont on voit immédiatement le succès auprès de publics habitués aux autocollants et autres filtres Snapchat.

Or ces animojis, merci Marques « MKBHD » Brownlee, pourraient visiblement être utilisés avec n’importe quel iPhone doté d’une webcam, vu qu’ils n’utilisent que la caméra, et pas les autres capteurs du module TrueDepth. La réalité est un peu plus complexe que cela : disons qu’Apple pourrait proposer, sans TrueDepth, une version potentiellement moins précise de la fonctionnalité. Néanmoins, le fait qu’elle soit  réservée à l’iPhone X n’est une surprise pour aucun habitué des pratiques d’Apple, et prouve le côté différenciateur marketing de cette « exclusivité ».


Dis Siri, pourquoi tu veux pas me répondre sur un iPhone 4 ?

Remontons le temps à la présentation de l’iPhone 4S, le premier à embarquer Siri, et accessoirement un processeur double cœur, l’Apple A5. Même à son stade le plus primitif, l’accès à Siri était évidemment réservé à l’iPhone 4S. Siri, c’était le palier suivant de la magie Apple. On peut parler à son iPhone, et il vous répond avec humour tout en agissant comme un assistant personnel qui note vos rendez-vous, vous donne la météo et lance votre musique. Pas question d’en faire bénéficier les utilisateurs d’iPhone 4. Et pourtant, c’était possible techniquement, et des petits malins y étaient même parvenus, via le jailbreak.

Encore plus flagrant : l’iPad 2, sorti quelques mois après, embarquait le même processeur que l’iPhone 4S. Pensez vous qu’il permettait de disposer de Siri ? Que nenni : l’assistant fût intégré l’année suivante, sur l’iPad de 3e génération (il s’appelait vraiment comme ça !), et jamais porté pour l’iPad 2, qui aurait largement pu en bénéficier.

On trouve sans doute d’autres exemples, chez Apple ou pas d’ailleurs, de ce procédé marketing bien connu : la FOMO, ou Fear Of Missing Out. Comme dit Marques Brownlee dans son test, c’est tout à fait typique de la marque. Ainsi, l’accès aux Animojis est la preuve que vous utilisez le dernier iPhone, et évidemment un argument commercial pour séduire la génération Snapchat et inciter les amateurs et amatrices d’oreilles de chat à passer sur le dernier et onéreux haut de gamme de la marque plutôt que sur un iPhone 8 qui leur rapporte moins.

Un moyen ludique de vendre une technologie

C’est assez malin : depuis que l’iPhone X est entre les mains des utilisateurs, les émojis animés en sont devenus les meilleurs ambassadeurs non officiels pour en faire la publicité auprès du (très) grand public. Détournés pour des vidéos karaoké ou des reconstitutions de scènes cultes de films, utilisés dans les talk shows américains, ils font la publicité du dernier bébé d’Apple en tant que fonctionnalité la plus fun, et la plus immédiatement parlante. Que voulez vous : la reconnaissance faciale de Face ID, l’intelligence artificielle, les écrans OLED, ça touche les technophiles que nous sommes.

Se transformer en chat, en cochon, en panda ou en étron animé, en revanche, ça c’est drôle, viral, et facile à illustrer. C’est une application ludique des fonctionnalités de la caméra TrueDepth, et tant pis si en pratique, cette « magie » pourrait bénéficier, au moins en partie, aux iPhone 8 et 8 Plus. L’essentiel est de faire passer un message : le nouvel iPhone est équipé d’une caméra 3D qui suit vos mouvements et détecte votre visage, et ça n’est pas qu’un truc rasoir de sécurisation du verrouillage. Peut-être, comme cela a été noté, que cette version primitive n’est que le début, et que des « animojis 2.0 » exploiteront les autres capteurs pour des animations encore plus fidèles. Ou pas. Ce ne sont, après tout, que des émojis animés en 3D qui vendent une technologie de manière rigolote.

À lire sur FrAndroid : Test de l’iPhone X : le prix de la (quasi) perfection ?