La sortie de l’iMac Pro approche et l’appareil commence à dévoiler ses secrets.


Comme l’iPhone X avant son annonce officielle, les mises à jour logicielles d’Apple dévoilent certains secrets de ses futurs produits. La marque doit lancer en décembre l’iMac Pro, un ordinateur très puissant remplaçant le Mac Pro et elle n’a pas encore tout dit sur ses caractéristiques.

En cherchant dans les fichiers de BridgeOS, un nouveau micro système développé par Apple, Steve Troughton-Smith a trouvé des informations sur l’intégration d’une puce Apple A10 Fusion dans l’iMac Pro. L’Apple A10 Fusion est le SoC utilisé dans l’iPhone 7 et l’iPhone 7 Plus.

 

Le processeur d’Intel devient processeur secondaire

La puce ARM d’Apple aura plusieurs fonctions au sein de l’iMac Pro. La première de ces fonctions sera de gérer le lancement de la machine, notamment les phases de contrôles et de sécurité avant le lancement de macOS(la gestion de l’UEFI et du boot donc). C’est aussi lui qui lancera le processeur x86 Intel embarqué, de ce fait cela veut dire que la puce d’Apple sera le processeur principal de la machine, même si toutes les opérations de macOS seront bien sûr exécutées par le processeur Intel.

Ce n’est pas la première fois qu’Apple intègre l’un de ses processeurs dans ses ordinateurs. En effet, La Touch Bar du MacBook Pro intègre déjà une puce ARM, mais il s’agit ici d’un nouveau pas vers l’utilisation des puces du fabricant dans ses ordinateurs.

BridgeOS est le nouveau nom du logiciel développé par Apple pour gérer l’intégration de ses puces ARM dans ses machines. Que ce soit l’Apple A10 Fusion ou l’Apple T1 qui s’occupe de la Touch Bar, ces processeurs seront gérés par BridgeOS. On comprend du nom qu’il s’agit de faire le pont entre ARM et x86, l’architecture des puces Intel.

 

Le processeur également mis à contribution pour « Hey Siri »

Toujours d’après le développeur, la puce Apple A10 Fusion serait également utilisée pour gérer la fonction « Hey Siri » qui est actuellement absente des Mac. Apple aurait même choisi de laisser la puce tourner même lorsque l’iMac Pro est éteint, mais il n’est pas claire si Siri pourra fonctionne dans ces conditions.

Un enjeu de sécurité informatique pour Apple

La puce Apple T1 intègre Secure Enclave

Derrière les fonctions utilisateurs et l’intégration des processeurs maison se cache un véritable enjeu de sécurité pour Apple. Depuis plusieurs années, la firme met en effet un point d’honneur à garantir la sécurité des données de ses utilisateurs. Cela passe notamment par le chiffrement des données qui se déverrouille à la reconnaissance de l’utilisateur. Que ce soit par Touch ID ou Face ID, cette reconnaissance se fait surtout en comparant les données du capteur à celles stockées dans Secure Enclave, un stockage sécurisé intégré aux processeurs d’Apple.

Au sein de l’iMac Pro, on imagine que la puissance de l’Apple A10 Fusion pourrait lui permettre de chiffrer les données de l’utilisateur en tâche de fond, sans aucun impact sur les performances du processeur Intel.

Intel propose bien sûr des fonctions équivalentes de stockage et de chiffrement sur ses processeurs, mais Apple veut avoir un contrôle complet sur ces opérations, la seule façon pour la marque de pouvoir garantir à ses utilisateurs une confidentialité absolue.

 

Comme Microsoft, Apple imagine un monde sans Intel

Aujourd’hui, tous les logiciels pour macOS sont développés pour les processeurs Intel. Pourtant, comme Microsoft, Apple voit bien la montée en puissance de l’architecture ARM et sa plus grande flexibilité, et prépare donc un futur où l’intégralité de son catalogue utilisera ses puces maison, pour devenir complètement indépendant d’Intel.

Microsoft s’est rapproché de Qualcomm et a déjà annoncé sa version de Windows 10 entièrement compatible avec les processeurs ARM, qui a la particularité d’être capable de faire tourner les logiciels développés pour les processeurs Intel.

Apple n’en n’est pas encore à ce stade de son développement, mais il ne fait aucun doute que la firme travaille pour un futur ou macOS sera totalement compatible avec ses puces. L’utilisation de l’Apple A10 Fusion dans l’iMac Pro est une étape très importante pour la réalisation de ce plan, avec un basculement des éléments de sécurité de la sphère d’Intel à la sphère d’Apple.