L’Apple HomePod est disponible depuis quelques jours aux États-Unis. En attendant sa sortie en France, voici un tour d’horizon des tests publiés outre-atlantique.

Un haut-parleur haut de gamme

L’Apple HomePod marque l’arrivée de la firme à la pomme sur le marché maintenant en plein essor des enceintes connectées, ces appareils conçus pour intégrer un assistant intelligent et lire du contenu audio (musique, radio, podcasts,…) pour l’utilisateur.

Face au Google Home et à l’Amazon Echo, Apple a choisi de placer son produit un peu différemment, comme la marque a souvent l’habitude de le faire, en créant une enceinte plus chère et pensée avant tout pour jouer de la musique — plutôt que centrée autour de l’assistant. Sur les appareils concurrents, la lecture de musique est au mieux une fonction secondaire.

Crédit : The Verge

Les tests sont unanimes, le point fort de l’enceinte HomePod vient de son rendu sonore. Pour Whathifi.com, le HomePod n’est pas parfait, mais s’en sort très bien et de façon très équilibrée, peu importe le genre de musique.

The Verge ne tarit pas non plus d’éloges. Selon nos confrères le HomePod est « le meilleur de sa catégorie pour son prix et même des prix au-dessus ». Toutefois, selon Consumer Reports, l’équivalent américain de UFC Que Choisir, si le HomePod est une très bonne enceinte, il ne fait pas mieux que le Sonos One et le Google Home Max.

Siri reste en retrait

Crédit : Endgadget

Si le son semble être le point fort indéniable du HomePod, Siri, l’assistant virtuel d’Apple semble unanimement décrié. Malgré les efforts d’Apple, il ne semble tout simplement pas au niveau d’Amazon Alexa ou de Google Assistant.

Les fonctions basiques sont là : lire un podcast, reconnaître une chanson, lancer une playlist ou modifier le volume, mais dès que l’utilisateur s’aventure un peu plus loin, Siri peut être aux abonnés absents. Par exemple, ArsTechnica pointe du doigt l’impossibilité d’indiquer à Apple que l’on aime une musique, pour l’ajouter à l’algorithme de recommandation. De même, l’accès à l’agenda depuis Homepod est impossible.

Le plus gros problème noté, qui n’en fait pas une enceinte très intelligente, est l’impossibilité de configurer plusieurs utilisateurs. Un problème qui touche depuis longtemps tous les appareils sous iOS, comme l’iPad, et dont HomePod est également victime. Cela signifie que Homepod ne sera synchronisé qu’avec un seul compte iCloud, auquel n’importe quel utilisateur dans la pièce aura accès pour, par exemple, envoyer des messages par iMessage.

Apple Music sinon rien

Qui dit produit vendu par Apple, dit également écosystème captif. Le HomePod ne fait pas exception et fait même pire que les autres appareils de la marque. Endgadget note que les connexions avec d’autres services sont trop peu nombreuses : WhatsApp et WeChat sont là, mais impossible de commander une pizza ou réserver un Uber avec l’enceinte domestique.

Pire, le Apple HomePod ne propose aucune prise audio et n’intègre pas une connexion Bluetooth ouverte, ce qui signifie que l’appareil est tout simplement incompatible avec les appareils sous Android. Cela signifie également qu’il sera obligatoire d’être abonné à Apple Music pour bénéficier du point fort du produit : son rendu sonore.

Homepod ne propose aucun ports. Crédit : Slashgear

Pour TheVerge, ces limitations pourraient avoir raison de l’intérêt du produit : le son est meilleur, mais pas assez pour se passer de Spotify ou accepter les limites de Siri comparée à Alexa. L’écosystème fermé d’Apple joue en la défaveur du produit.

Un produit mal fini ?

Plusieurs tests soulignent des problèmes de jeunesse rencontrés sur l’enceinte connectée d’Apple qui montre que la marque s’est peut-être pressée pour lancer son produit, malgré la date de sortie ratée. Par exemple, la possibilité d’utiliser plusieurs HomePod pour créer un réseau d’enceintes sur plusieurs pièces ne sera disponible que plus tard dans l’année.

Les sites Wirecutter et Pocket Lint notent que leurs appareils ont laissé des traces circulaires blanches quand ils étaient posés sur des surfaces en bois. Un problème reconnu par Apple qui conseille alors de placer l’enceinte sur une surface différente.

Conclusion

Vous l’aurez compris, l’enceinte Apple Homepod s’adresse à une clientèle bien particulière. Commercialisé à 349 dollars aux États-Unis, Homepod est le nouveau moyen pour Apple de pousser un peu plus loin un écosystème dans lequel la marque aime enfermer ses clients.

En l’état, Apple Homepod est un excellent accessoire pour Apple Musique, capable de rendre un son de très bonne qualité. Il contentera donc les clients de la marque à la pomme qui ont déjà plusieurs appareils sous iOS et un abonnement au service de musique de la firme.

Crédit : The Verge

Pour les autres, les limitations semblent trop importantes pour en faire un concurrent crédible des solutions d’Amazon, Google ou Sonos. Les intéressés qui ne sont pas dans le viseur d’Apple pour le moment devront donc patienter pour une nouvelle version de l’appareil ou une mise à jour du logiciel qui ouvrira un peu plus Homepod aux autres écosystèmes.

Le HomePod est donc un produit intéressant, mais qui n’apporte pas au marché ce que l’iPhone ou l’iPad, voire même l’Apple Watch, avaient pu apporter en leurs temps. Google peut dormir sur ses deux oreilles.

Vidéos

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid