Dans les starting-blocks depuis le printemps, l’application BBM pour Android a essuyé un faux-départ avant de se lancer dans la course des services de messageries instantanée sur le Play Store. Aussi regrettable cela soit-il, l’emblème de BlackBerry essuie aujourd’hui des accusations de dopage aux commentaires.

BBM

BlackBerry est en posture délicate. Ses finances sont désormais marquées de rouge et, devant le Canadien, se profile un rachat presque inévitable, probablement mené par un fonds de pension du pays. Malgré cela, BlackBerry continue d’innover, propose de nouveaux appareils – à l’instar du Z30 – et multiplie les offres de services. En ce sens, BlackBerry Messenger, l’emblématique BBM qui a fait les beaux jours de la marque sur les BlackBerry Curve d’entrée de gamme prisés des ados aux forfaits bloqués, mais aussi des professionnels préférant la série Bold, a finalement touché la terre promise Android. Avec 80 % des smartphones installés lors des dernières études, la plateforme mobile de Google était toute trouvée pour laisser BBM contrer les utilisateurs de services alternatifs à la WhatsApp (350 millions d’utilisateurs actifs annoncés hier), Viber et consorts.

L’APK de BlackBerry Messenger s’était laissé télécharger il y a quelques semaines, hors du contrôle de BB, qui a préféré repousser la sortie de BBM pour Android – et iOS, ne l’oublions pas – au 21 octobre dernier. C’est visiblement le succès : entre 1 et 5 millions de téléchargements affichés sur le Play Store, et des commentaires globalement très positifs : près de 85 000 commentaires accordent cinq étoiles à l’application, quand le reste des notes dépasse à peine 40 000 évaluations. Résultat : une moyenne plus que convenable de 4,2 étoiles sur cinq.

Les derniers commentaires francophones font état de problèmes et de mécontentements : l’application serait lente à charger sur certains appareils, l’interface peine à convaincre, en somme, une mise à jour rapide semble s’imposer. Et pourtant, les commentaires sont positifs. Tous ? Pas vraiment, à en croire les indices relevés par nos confrères anglophones. Des termes récurrents, repérés par des internautes dans de multiples commentaires, laissent supposer la présence de faux dans le lot… Plusieurs utilisateurs utilisent la même formule pour complimenter l’application, réemploient le même lexique (« smooth » semblant avoir les faveurs des principaux concernés).

BBM

Image AndroidPolice

Les soupçons semblent confirmés par BlackBerry lui-même, puisque la firme canadienne s’est fendue d’un mini-communiqué : « Nous avons récemment pris connaissance d’un nombre potentiel de commentaires 5 étoiles de BBM pour Android sur le Google Play. Nous n’approuvons pas ni n’excusons de telles activités et nous employons à résoudre ce problème avec Google. »

Il est peu probable que le taux de téléchargement en soi ait été biaisé par cette vague de commentaires suspects, mais il subsiste un doute quant au taux de rétention de l’application sur les smartphones. Combien de mobinautes, sous Android ou iOS, ont-ils téléchargé BBM « pour voir », mais choisiront de désinstaller l’application aussi vite ? Toutes notions de réception de côté, il faut saluer l’effort de BlackBerry qui fait au mieux pour garder la maîtrise de son service. Quitte à imposer des délais de lancement et des files d’attente pour ne pas surcharger ses serveurs, et à s’attirer les foudres des plus pressés de tester ce fameux BBM. Et selon BlackBerry, ils sont nombreux  : la firme annonce avoir atteint 10 millions de téléchargements au total, Android et iOS réunis, en 24 petites heures et dans 75 pays.