Alors que l’on tape régulièrement sur les mains de Samsung, de Wiko ou Sony parce qu’ils sortent des dizaines de smartphoneschaque année, il y a un constructeur qui a réellement fait dans la sobriété en 2014 : BlackBerry. Et pour cause, le Canadien n’a sorti qu’un seul téléphone d’importance cette année, le BlackBerry PassPort. Nous avons pu le prendre en main le temps de quelques heures et, si ce n’est certainement pas le smartphone qui vous fera douter de votre appareil Android, c’est en tout cas un téléphone original et efficace sur de nombreux points.

bb-passport-13

Caractéristiques

VersionBlackBerry 10.3
Taille d'écran4,5 pouces
Technologie d'écranIPS LCD
Définition1440 x 1440 pixels
Résolution453 ppp
Traitement anti-rayuresCorning Gorilla Glass 3
SoCQualcomm Snapdragon 801
Nombre de coeurs4 cœurs Krait 400
Fréquence CPU2,26GHz
Puce graphique (GPU)Adreno 420
Mémoire vive (RAM)3 Go
Mémoire interne (ROM)32 Go
Micro-SDOui
Appareil photo (dorsal)13 mégapixels
Appareil photo (frontal)2 mégapixels
Enregistrement vidéo1080p @ 60fps
Wi-Fi802.11 a/b/g/n/ac
GéolocalisationGPS et GLONASS
Bluetooth4.0 Low Energy
RéseauxLTE 700 / 800 / 850 / 900 / 1800 / 2100 / 2600
SIMNano-SIM
NFCOui
CapteursAccéléromètre, gyroscope, proximité, boussole, baromètre, luminosité
Ports
(entrées/sorties)
Micro-USB 2.0, Jack 3,5 mm
Résistance à l'eau
Résistance à la poussière
Non
Non
Batterie3450 mAh
Dimensions128 x 90,3 x 9,3 mm
Poids196 grammes
CouleursNoir
Prix conseillé649 euros

Une excellente ergonomie

À commencer bien entendu par son design. BlackBerry l’avait annoncé, son nouveau téléphone dispose d’un écran carré et non rectangulaire (rappelons que c’était le cas de tous ses anciens modèles non tactiles). Si ce format intrigue un peu lors des premières minutes de prise en main, il s’avère finalement très pratique dès que l’on commence à lire des emails ou que l’on consulte des applications qui nécessitent un peu de lecture. Les retours à la ligne sont moins nombreux et la diagonale de 4,5 pouces s’avère très confortable pour les yeux. Et comme BlackBerry ne s’appellerait pas BlackBerry s’il n’intégrait pas un clavier à son téléphone, on retrouve trois rangées de touches physiques juste en-dessous de l’écran. D’ailleurs, du fait de ce format, la première chose qui déroute réellement quand on est habitué au smartphone rectangulaire que produisent les constructeurs de téléphones Android ou iOS, c’est qu’il est quasiment impossible d’utiliser le PassPort avec une seule main. C’est bien simple, hormis la consultation de notifications ou les appels, la moindre manipulation nécessite de prendre le smartphone à deux mains.

bb-passport-3
bb-passport-5

Est-ce un mal ? Pas tellement, à partir du moment où l’on accepte le fait que c’est un téléphone très large et assez lourd (196 grammes, ce qui est plus lourd que le Nexus 6 !). D’autant plus que BlackBerry n’a pas réalisé un smartphone carré pour la beauté du geste. Le constructeur canadien a adapté l’ergonomie de son appareil à cet écran. Ainsi, le clavier physique fait office de pavé tactile pour naviguer dans les menus. Concrètement, on comprend rapidement que la main droite reste sur le clavier physique pour naviguer dans les emails ou sur les pages web tandis que la main gauche clique sur les liens de l’écran tactile et revient en arrière grâce à la flèche de retour située en bas à gauche de l’écran. Il semble toutefois que l’option pour inverser les commandes pour les gauchers n’existe pas. C’est en tout cas très instinctif et confortable au quotidien. Le clavier est quant à lui assez efficace. J’avoue tout de même avoir eu du mal à m’y faire après des années passées sur des claviers virtuels. Bien que ses touches soient relativement grosses, il m’a semblé assez difficile de taper dessus correctement sans avoir des ongles. Une question d’habitude sûrement.

bb-passport-9

 

bb-passport-8

BlackBerry sait concevoir des smartphones haut de gamme

Dans les bons points de ce PassPort, se trouve également l’écran, de très grande qualité. Il s’agit ici d’un écran IPS LCD d’une définition de 1440 × 1440 et d’une résolution de 453 ppp. Non seulement les angles de visions sont très généreux, mais en plus sa luminosité est très satisfaisante et son rendu des couleurs est l’un des plus propres que l’on ait pu voir cette année. Il n’y a vraiment rien à redire sur cet écran tant il est bon.

bb-passport-11

 

bb-passport-10

Comme d’habitude avec BlackBerry, la qualité de l’appareil est pratiquement irréprochable. À commencer par les finitions, tout simplement exceptionnelles. Le Passport respire la qualité. Avec ses bords en métal, ses petites bandes métalliques entre les rangées de touches et le plastique très agréable au toucher sur la coque arrière, le PassPort est un plaisir à utiliser au quotidien. Sans être un exemple de beauté (on est dans le monde professionnel, après tout), le PassPort confine presque au produit de luxe. On regrette simplement qu’il ne soit proposé que dans un coloris noir (dans nos contrées, du moins) et qu’il soit assez peu pratique à transporter dans une poche. Le PassPort appartient en tout cas à ces rares téléphones dont les matériaux font bien sentir qu’on a dépensé un demi-SMIC pour se le procurer.

bb-passport-6

 

Un OS orienté vers la productivité

Pas de grandes surprises au niveau du logiciel, on retrouve BlackBerry 10.3 OS. Cet OS mobile se décompose sur le PassPort en plusieurs volets horizontaux. Du côté gauche se retrouve une immense boîte email faisant office de HUB qui concentre en fait les emails, mais aussi diverses notifications, les SMS, les appels et les messages de diverses applications (pour les réseaux sociaux notamment). Au centre se trouve l’écran multitâche sur lequel on peut naviguer d’une application ouverte à une autre, tandis que le côté droit fait office de menu des applications, où l’on peut retrouver toutes les applications installées. Tirer l’écran vers le haut ouvre le menu des raccourcis rapides (pour la lumininosité, le menu des paramètres ou les réseaux), tandis qu’un slide de bas en haut permet de sortir d’une application en cours d’utilisation pour l’envoyer sur le panneau multitâche. L’interface de BlackBerry 10.3 OS n’est vraiment pas compliquée à prendre en main et s’avère même au quotidien très pratique. On sent évidemment que c’est un téléphone avant tout centré sur les emails et seulement ensuite sur les applications.

blackberry os 1

Car si le PassPort s’avère vraiment pratique pour la gestion de ses emails grâce au HUB de BlackBerry, on sera beaucoup plus critique quand il s’agit d’installer des applications. Tout passe par deux magasins d’applications préinstallés sur le téléphone : BlackBerry World et l’App Shop d’Amazon. Passons rapidement sur le premier, indispensable pour qui veut rendre son BlackBerry plus apte à la productivité pour se concentrer sur le second. L’App Shop d’Amazon propose certes plus de 240 000 applications, ce magasin est tout de même bien moins fourni que le Play Store et ne propose pas tout le temps les dernières mises à jour des applications. Pire, toutes les applications Android de l’App Shop ne sont pas systématiquement proposées. Impossible, par exemple, de télécharger Monument Valley sur cette boutique. Il est heureusement possible d’installer les applications manquantes « à la main » en sideloadant les fichiers .apk des applications Android manquante. Cela marche très bien, c’est d’ailleurs comme cela que nous avons pu installer quelques applications de benchmark.

blackberry os 2

Les applications, le point faible du téléphone

Le PassPort, rappelons-le, possède plus ou moins les mêmes composants haut de gamme que la majorité des smartphones Android haut de gamme sortis cette année. Il dispose d’un Snapdragon 801 et de 3 Go de RAM. Et si AnTuTu atteste de son processeur avec un score de 35 974 – dans la moyenne des smartphones haut de gamme Android de cette année – son score sur PC Mark peine à atteindre les 2700 points lorsque les autres téléphones de cet acabit sont plus proches des 3500. Un score handicapé, on le suppose, par le fait que les applications Android ne sont pas supportées nativement par BlackBerry. Dans les faits, il n’y a pas grand-chose à redire quant à la fluidité du PassPort. Le multitâche est fluide en permanence et les seules applications que j’ai vu ramer concernent quelques jeux Android en 3D, qui mettaient un temps fou à s’ouvrir et saccadaient régulièrement. Mais si vous achetez un BlackBerry pour jouer, c’est que vous avez été très mal conseillé.

blackberry passport benchmark
Le BlackBerry PassPort est indéniablement l’un des smartphones les plus intéressants de l’année pour qui n’a pas peur de l’écosystème BlackBerry. Vendu aux alentours de 649 euros, le PassPort est un téléphone aux finitions irréprochables, à l’ergonomie déroutante mais travaillée et, surtout, un smartphone on ne peut plus adapté à la productivité. Un très bel objet, donc, qui dont la principale faiblesse actuellement tient surtout à son nombre d’applications très limité face à ses concurrents Android et iOS.