TCL a finalement fait son annonce au salon de Las Vegas, mais les fans de la marque Blackerry repartiront bredouilles. Hormis quelques photos du BlackBerry Mercury, il faudra attendre le Mobile World Congress en février pour en savoir plus sur le téléphone.

blackberry-mercury-pre-production-22

Voilà une annonce très étrange de la part de TCL concernant le nouveau smartphone de BlackBerry. La marque chinoise, qui a acquis les droits de production de BlackBerry en décembre, a publié un communiqué de presse expliquant qu’elle fait une démonstration du futur catalogue de BlackBerry au CES de Las Vegas, mais qu’il faudra attendre le Mobile World Congress pour en savoir plus.

Le nouveau BlackBerry connu sous le nom de code Mercury, et le nom officieux DTEK 70 est donc bel et bien réel et TCL ne le cache pas, mais la marque refuse de donner ses caractéristiques techniques, son nom commercial, une disponibilité et encore moins un prix.

blackberry-mercury-pre-production-16

Crédit : CrackBerry

En attendant, nous pouvons admirer les photos du site CrackBerry qui a eu la chance de prendre en main ce smartphone sans nom et sans caractéristique. Le smartphone intègre pour le moment un capteur photo proéminent à l’arrière avec deux flashs LED, un port USB Type-C au-dessous et un port jack sur le dessus.

blackberry-mercury-pre-production-8_0

Crédit : CrackBerry

Évidemment, la caractéristique principale qui différenciera ce produit de tous les autres sur le marché, c’est son clavier physique complet en façade, que l’on ne peut pas faire disparaître sous l’écran, contrairement au BlackBerry Priv.

 

Logiciel made in BlackBerry

Comme le voulaient les termes du contrat entre BlackBerry et TCL — ainsi que ce que la nouvelle stratégie de BlackBerry indiquait — c’est bien la marque canadienne qui s’occupera du logiciel installé sur le smartphone.

blackberry-mercury-pre-production-19_0

Crédit : CrackBerry

Ainsi, le site CrackBerry a constaté que le téléphone tournait sur une version d’Android 7.0 Nougat, en notant qu’il s’agissait d’une version bêta puisque le smartphone pris en main était un prototype, avec une surcouche très légère, similaire à ce qu’on le connait sur la gamme DTEK. Quelques applications étaient installées en plus de celles de Google comme la suite de sécurité DTEK ou le fameux Messaging Hub.

Crédit photo : CrackBerry