La technologie ne réserve pas que de bonnes surprises. Les géants du logiciel, et de matériel high-tech se donnent actuellement en spectacle. La guerre des brevets fait rage, Apple auto proclamé inventeur du smartphone, et de la tablette à bord arrondi, contre les constructeurs Android (Samsung en tête). Microsoft qui fait cracher au bassinet ces mêmes constructeurs pour faire valoir ses propres brevets. Et actuellement ORACLE contre GOOGLE.
Oracle repreneur opportuniste de Sun, géant déchu de l’informatique détenteur de JAVA, technologie au cœur de l’OS Android.

Dans son procès, Oracle vient de « remporter » une première manche, puisque le juge Alsup a reconnu la violation de droits d’auteurs.
Effectivement ce ne sont pas moins de 9 (neuf) lignes de codes que Google aurait pompé honteusement dans les API Java!
9 lignes de code (fonction rangeCheck) sur 15 millions au total. Une affaire d’importance, n’est-ce pas?
Sans compter que le géant de Mountainview aurait aussi ignominieusement copié la documentation des API Java.
Victoire certes mais en demi-teinte, car ces fameuses lignes de code ne permettront vraisemblablement pas à Oracle d’obtenir les milliards de dommages et intérêts auxquels il prétend.

D’autant que le « fair use » brandi par Google (« usage loyal », ou « usage équitable » qui dans le droit américain permet sous conditions quelques entorses au droit d’auteur) a été reconnu comme recevable par le Juge Alsup. Effectivement, Oracle s’est vu débouté de sa demande d’invalidation de cet argument. La question de la violation de brevets devra donc être jugée de paire avec la notion de fair use.
Ainsi ce procès fleuve initié par Oracle en 2010 va suivre son cours, pour le plus grand déplaisir des fans de technologie, et la plus grande fortune des avocats…
Tout cela donnerait presque envie de déposer un brevet sur la bêtise universelle, une affaire juteuse et rentable à coup sûr! (à moins qu’Apple n’y ait déjà pensé!)

Les épisodes précédents:
Où en est-on du feuilleton judiciaire Google VS Oracle ?
Google VS Oracle : Larry Page prend la parole !