S’il existe un domaine dans lequel Google n’a pas encore réussi, c’est bien la TV. Néanmoins, ce n’est qu’une question de temps désormais.

En 2012, les dépenses consacrées à la publicité télévisée domine toujours la plus grande partie des budgets publicitaires. Des dépenses qui échappent à Google. Google tente pourtant d’y remédier – pour le moment en vain. Avec Google TV, Google souhaitait amener le Web sur nos téléviseurs, néanmoins le lancement aux Etats-Unis a été chaotique. En effet, ils ont du faire face aux grands réseaux de télévision qui ont tout simplement bloqué leur contenu. Cet échec n’a pas découragé Google, néanmoins ils ont perdu un de leur plus grand allié : Logitech qui a déclaré avoir perdu 100 millions de dollars.

Début 2012, Google est revenu à la charge avec une mise à jour majeure du système – avec de nombreuses nouveautés dont le Google Play. Google est appuyé par de nombreux constructeurs dont LG, Samsung, Sony ou encore Vizio. Entre temps, les technologies ont évolué avec des processeurs double-coeur ou encore l’intégration de différents composants. Les prochaines mises à jour de Google intégreront, par exemple, la reconnaissance vocale pour pouvoir naviguer dans les menus en parlant directement à sa télévision. Ils font évoluer régulièrement les outils pour les développeurs afin de les inciter à développer des applications sur le Google Play.

Google TV est donc au centre de la stratégie de Google, ils peuvent y pousser tout le contenu qu’ils souhaitent : recherche de contenu (vidéo, VOD, TV, programme TV, etc.), YouTube (Google investit des millions de dollars pour développer des chaines), contenus (Google Play pour télécharger des films, applications, jeux ou encore de la musique), social (Google+, très efficace pour partager ses humeurs ou recommander du contenu à ses amis), etc.

Sans oublier l’éco-système Android, ils vont au fur et à mesure mettre en place de vraies interactions entre la télévision (Google TV/Android/Chrome), la tablette (Android/Chrome), le smartphone (Android/Chrome) et l’ordinateur (Chrome).

À l’heure actuelle, Google TV et Apple TV sont pourtant des produits de niche. Beaucoup de familles ont déjà des appareils électroniques tels que les consoles de jeux et ordinateurs portables qui offrent beaucoup plus de fonctionnalités tout en offrant de nombreuses fonctionnalités que Google TV n’a pas, sans aucun coût supplémentaire. Du coup, cela rend très difficile pour beaucoup de justifier l’ajout d’un autre appareil à raccorder à un téléviseur.

Néanmoins, Google TV va tout de même s’imposer, même en France. Google TV arrive déjà sur une petit box vendue 200 euros par Sony, puis sur des lecteurs Blu-ray (Sony, 300 euros) et enfin des SmartTV (LG, Samsung, etc.). Au fur et à mesure, le nombre d’appareils sous Google TV va rapidement augmenter. Nous pourrons également nous servir de Google TV sur nos dongle TV, des clés « HDMI » qui se branchent directement derrière nos téléviseurs et qui intègrent tout ce qu’il faut pour faire tourner Android / Google TV.

Au fur et à mesure, le contenu va également se développer – encouragé par Google et les constructeurs. Au final, l’éco-système sera en place dans deux à trois années. Du contenu et des utilisateurs. Les fournisseurs d’accès arrêteront de développer leur box, ils se focaliseront sur le développement logiciel et proposeront sur le Google Play et directement sur leur store, des applications « Google TV » « Freebox » « BT Sensation » avec lesquelles vous accéderez à tous les services de vos FAI. Par exemple, si vous avez une Xbox 360, vous pouvez déjà télécharger Orange TV qui vous permet de ne pas brancher de Livebox à votre téléviseur, ce n’est que le début. Si vous n’êtes pas équipés de Google TV, vous pourrez acheter ou louer des petits dongles à brancher sur votre port HDMI.

Nous aurons certainement le choix, avec des appareils sous Google TV, Apple TV, Windows 8 ou encore des Kindle Fire TV. Tout le monde sera équipé d’un de ces systèmes à travers son ordinateur, sa box, son lecteur blu-ray, sa console, son téléviseur, son smartphone, sa tablette, etc.

Les constructeurs se focaliseront sur le matériel, néanmoins certains arriveront à proposer des expériences enrichies avec des services et de la personnalisation. A l’image d’Android sur smartphone, nous pourrons donc retrouver une expérience « constructeur », des services FAI ou opérateurs, des mises à jour « Google », etc.

A ce moment là, tous les majors et autres grands réseaux de distributeurs, FAI ou opérateurs, n’auront plus le choix. Ils devront faire avec (et pour) Google TV. Google aura réussi son pari. Et j’aurais raison.