Après avoir été épinglé concernant les données personnels, secoué par la bourse à cause de ses résultats en dessous des attentes, Google est au milieu d’une nouvelle controverse. Le projet de taxe sur le référencement des contenus de presse, prévoit que n’importe quel moteur de recherche qui référence et génère un « clic » vers un média, devra lui verser des « droits voisins »- une sorte de prolongation des droits d’auteur. En effet, Google gagne bel et bien de l’argent grâce au contenu créé par tous ces éditeurs.

Pour Google, la mise en place de ce projet remettrait en cause son existence même. En réaction, la firme américaine vient de menacer la France de ne plus référencer les médias français. Tout simplement. Une situation compréhensible pour les éditeurs français, néanmoins complètement absurde dans sa mise en place. Google redirige plus de 4 milliards de clics par mois vers les médias français.

Une réaction qui n’a pas plu au gouvernement, en particulier à Fleur Pellerin, la ministre chargée de l’économie numérique, qui a décidé d’accueillir dès demain les représentants de Google.

La France n’est pas le seul pays à tenter de mettre de telle loi en place, en Allemagne ou encore en Belgique des projets de loi sont en délibérés, des projets qui ont pour objectif de protéger la propriété intellectuelle des éditeurs de presse sur Internet.

Finalement, ce sont les revenus de Google qui sont visés, l’Europe aimerait capter bien plus ses revenus, c’était déjà le souhait de Nicolas Sarkozy lorsqu’il était président.