Si le succès des ventes d’Android n’est plus à démontrer, il reste tout de même des domaines ou Apple a toujours une belle longueur d’avance. Celui des revenus générés par les ventes d’applications est en effet historiquement bien plus flatteur pour l’AppStore, chose que l’entreprise met régulièrement en avant pour vanter sa position face au système de Google. Cependant cet état de fait serait lui aussi en train d’évoluer, malheureusement il ne fera pas le bonheur de tous…

Une étude de App Annie publiée il y a quelques jours a fait parler d’elle. En effet, elle montre que les revenus générés par le Google Play Store ont progressé de 311% depuis janvier là ou l’AppStore d’Apple ne progresse que de 12,9% sur la même période. Le chiffre a même été contesté par Apple qui affirmait pour sa part que son marché applicatif avait progressé de plus de 200%, mais il est bien réel selon la méthode de calcul employée par App Annie.

Quoi qu’il en soit, en dehors de cette bataille de chiffres, ce qui est intéressant de noter c’est que le Google Play Store est en forte progression même si les revenus sont encore de l’ordre de 4 fois inférieurs à ceux générés par l’AppStore. Cette progression, attendue il est vrai, va peut être enfin changer l’image que possède le système de Google qui voudrait que les utilisateurs Android seraient moins enclins à payer pour des contenus de qualité.

Cependant, si l’annonce de la progression des revenus générés et donc reversés aux développeurs est encourageante, cela ne concernera pas tous le monde… Une autre étude de Canalys montre que la moitié des revenus générés aux états unis par les deux places de marchés ont été reversés aux 25 plus gros développeurs de chaque plateforme !

Ainsi, selon l’étude, sur les 120 millions de dollars générés pendant les 20 premiers jours de novembre, 60 millions ont été reversés aux développeurs les plus célèbres. Ainsi Zynga, Electronic Arts, Disney, Kabam, Rovio, Glu, Gameloft et Storm8’s TeamLava profitent pleinement de la progression du Google Play Store !

Sources : App Annie, Canalys