La semaine dernière, le Bureau américain des brevets et des marques de commerce (USPTO) publiait un brevet déposé par Google sur une technologie de suivi du regard. Si un tel système était intégré aux Google Glass, il pourrait servir à analyser les mouvements du regard sur les publicités. Une base de données ayant trait au comportement des consommateurs face aux publicités pourrait donc être monétisée par la firme auprès des annonceurs. 

google-glasses-official-officiel-3

Les Google Glass pourraient reconnaître la réaction des utilisateurs face aux publicités. Plus précisément, elles pourraient utiliser une technologie de suivi du regard du porteur de lunettes qui permettrait de détecter la réaction du consommateur face à une affiche publicitaire, un spot télévisé, etc. Rien n’indique si Google s’apprête, effectivement, à mettre ce dispositif au point, cependant, le dépôt de ce brevet ouvre la voie à de nouvelles formes de revenus publicitaires.

D’après la publication du Bureau américain des brevets et des marques commerciales (USPTO), la technologie que Google vient de déposer est un système de suivi oculaire qui communique avec un serveur depuis un appareil porté au niveau de la tête (Google Glass vraisemblablement). Le serveur reçoit alors les images capturées par l’appareil, ainsi que les images sur lesquelles le regard de l’utilisateur s’est porté. Un algorithme intervient ensuite pour déterminer les éléments et les produits regardés par le sujet.

Si un tel outil venait à apparaitre, une nouvelle forme de monétisation publicitaire pourrait apparaître. Cela pourrait offrir aux annonceurs la possibilité de cibler leur publicité en fonction du comportement oculaire d’un individu ou, au moins, d’utiliser ces données pour étudier les comportement globaux des consommateurs face aux aux objets promotionnels.

Le brevet précise cependant que les données d’identification personnelle pourront être supprimées de la base. Dans tous les cas, avec ce système, Google franchirait un pas supplémentaire dans la publicité ciblée et le marketing comportementale que certains considèrent intrusifs et contraires au respect de la vie privée des consommateurs. En 2009, la firme de Mountain View avait commencé à verser dans la publicité ciblée via Google AdSense, en adaptant la nature des contenus promotionnels aux « données démographiques et (aux) centres d’intérêt supposés des utilisateurs« , détectées grâce aux vidéos visionnées sur YouTube et aux sites les plus visités notamment.

3015654-inline-screen-shot-2013-08-13-at-103110-am 3015654-inline-screen-shot-2013-08-13-at-103125-am