D’après des estimations du site e-Marketer, Google continue à largement dominer le marché de la publicité mobile. Cette année, le géant d’Internet devrait toucher plus de 50 % des revenus générés par le secteur.

Robot Challenge

Google domine le marché de la publicité mobile au niveau mondial. Et cette domination tend à s’accroître. C’est ce que révèlent les données de e-Marketer qui donne plus de la moitié des parts de marché à la firme de Mountain View. Si Google touchait moins de 40 % des revenus provenant de la publicité mobile en 2011, le moteur de recherche a su s’imposer d’avantage, enregistrant une croissance supérieure à 10 % de sa part de marché entre 2011 et 2012. Actuellement, la société touche donc à elle-seule plus de 53% des profits mondiaux du secteur.

Et l’arrivée de Facebook n’aura pas suffit à détrôner Google. Sur la deuxième marche du podium, le réseau social a pourtant triplé sa part de marché entre 2012 et 2013. Cette position lui prodigue ainsi près de 16 % des bénéfices tirés de la publicité mobile dans le monde.

162589

Le marché américain

Mais le site e-Marketer a également publié des estimations concernant le marché américain. Si là aussi Google apparaît comme véritable leader du secteur, sa part de revenus s’est réduite de près de 10 % entre 2011 et 2013. Sur l’année 2013, Facebook devrait toucher plus de 15 % des revenus publicitaires mobiles aux Etats-Unis, un pourcentage qui pourrait légèrement baisser d’ici à 2015 ; d’autres acteurs tels que Twitter et Pandora grignotent eux aussi quelques points à Google. Le géant de la Silicon Valley devrait quant à lui continuer à dominer le marché, avec une part de marché oscillant autour de 50 % sur les deux prochaines années.

 

161803

Rappelons tout de même qu’il ne s’agit ici que d’une étude, sujette par nature à caution. Et ce d’autant plus que ses données s’appuient sur des estimations basées sur « l’analyse des revenus rapportés des entreprises énoncées dans leurs publications » ou encore sur « les estimations d’autres cabinets d’analyse« , les « tendances des usages Facebook » et les entretiens menées par le cabinet avec les marques.