De nombreux développeurs ont critiqué sèchement le VP8 à peine l’annonce de Google faite. Ce sont des grandes figures américaines, dont Gruber qui a déclaré sur son blog « Les spécifications ressemblent à un vague copier-coller de code C ! » ou encore Macrumors qui déclare que « Aucune chance qu’un tel format arrive sur les iPhone, iPod et iPad ! L’absence de décodage hardware entrainerait un appauvrissement de l’autonomie ! ».

Des critiques à prendre avec du recul et surtout un peu d’analyse. Aujourd’hui, qui pense quoi ? Firefox et Opera refuse d’utiliser le H.264 tandis que cela ne dérange bizarrement pas Apple avec Safari qui fait la promotion du binôme HTML5/h.264 .

Pourquoi existe t-il une alliance anti-H.264 ? Le codec H.264 n’est pas libre et à partir de 2016 la MPEG-LA qui gère le H.264 pourrait faire payer une licence. Enfin, ce n’est qu’une hypothèse, sachant qu’il est très probable que le codec H.264 reste gratuit après 2016… Et puis même, avant l’annonce d’aujourd’hui, des solutions existaient comme Theora, un codec proche du VP2 qui a des performances à désirer mais qui était libre.

Enfin, la critique sur l’accélération matérielle me fait rire. NVidia et AMD étant partenaires du projet WebM – on a rien à craindre de ces fondeurs prêts à être partout où peut être le concurrent.

Les étapes suivantes ? Dans peu de temps, Google va mettre du VP8 partout dans YouTube, Adobe Flash gérant le VP8, ça sera invisible. Puis, rien n’empêche que les deux codecs co-existent, H.264 et VP8, au final ça changera quoi pour l’internaute lambda ?

Personnellement, je n’aime pas cette menace du propriétaire du H/264 qui a tout moment pourrait décider de faire payer le codec, le VP8 libère les acteurs de l’Internet de cette menace… C’est déjà ça. Finalement,à regarder de plus près, Microsoft et Apple ne sont pas partenaires du projet WebM, vous avez compris ?