Le patron de Coyote estime être « victime de concurrence déloyale« . Contrairement au service made in France, soumis de fait à la législation du pays, Waze, le GPS communautaire israélien, passé sous la houlette de Google depuis six mois, continue à informer les utilisateurs de la localisation exacte des radars. 

waze-gps-android

Le service de navigation Waze, racheté par Google en juin dernier, fait l’objet d’une polémique. Et celui qui en est à l’origine n’est autre que le patron de son concurrent direct en France, Coyote, qui offre un service mobile similaire à Waze à la différence près qu’il repose sur un modèle payant. Au cœur du problème, on retrouve des questions de législations auxquelles le patron de Coyote, une société française, doit se soumettre tandis que Waze, un service international, tarde à appliquer un décret qui date pourtant de février 2012.

Et ce que Didier Quillot, le PDG de Coyote, dénonce en particulier, c’est le fait que Waze continue à donner l’emplacement exact des radars de vitesse tandis que Coyote doit se contenter d’une information moins précise. Pour être conforme à la législation française, le service GPS français prévient ses utilisateurs de la présence de contrôleurs de vitesse d’une manière détournée en parlant de zones à risque. Et les contrôles d’alcoolémie sont aussi concernés puisque Waze continue à fournir leurs localisations aux usagers. Le PDG de Coyote s’estime ainsi « victime de concurrence déloyale » et demande au gouvernement français de faire appliquer le décret d’interdiction des avertisseurs de radars et des tests d’alcoolémie au service communautaire de Google.

Si Didier Quillot peut se vanter d’être à la tête d’une entreprise prospère qui enregistrait 100 millions d’euros de chiffre d’affaires l’année dernière, Waze bénéficie d’une importante popularité à travers le monde. Et son rachat par Google devrait lui offrir encore plus d’utilisateurs et de visibilité. Depuis l’été dernier déjà, certains éléments de la base de donnée du GPS social ont ainsi été intégrés à Google Maps.