Dans la guerre feutrée des brevets, les clash entre géants de l’électronique peuvent être bruyants ou silencieux. Les brevets, comme tous produits de nos temps modernes, sont à sécuriser, à vendre comme à acheter. C’est ce qui vient vraisemblablement de se produire entre Google et Foxconn, sans que l’on sache précisément le détail de la transaction.

google_logo-799502

L’information provient du très sérieux Wall Street Journal. Selon ce dernier, le fabricant d’appareils électroniques Foxconn (aussi connu sous le nom de Hon Hai Precision) a vendu un nombre non spécifié de brevets à Google. Ces derniers seraient liés aux Google Glass. Ils concerneraient en tout cas un dispositif portatif qui génère « des images virtuelles qui se superposent sur une vue réelle« . Des termes qui rappellent sans ambiguïté les fonctionnalités des lunettes connectées de l’américain Google. Vu le climat détestable dans lequel Samsung et Apple se saignent devant la justice sur la question de 5 brevets, on comprend bien pourquoi Google ne veut pas d’histoire avec Foxconn.

Foxconn est connu en Occident pour être un prestataire célèbre pour le compte d’Apple, mais aussi d’une myriade d’autres marques qui souhaitent faire produire leurs produits sur leurs chaînes. Souvent dénoncé pour les difficiles conditions de travail imposés à ses employés, Foxconn a réussi à constituer un portefeuille de brevets bien étoffé. Il regrouperait plus de 64 000 brevets dans le monde, selon Android Headlines. C’est de ce dernier qu’ont été tirés les brevets vendus à Google. Il est peu probable que l’on en sache plus sur le détail du deal entre les deux firmes. On peut par contre souligner que Google se rapproche de plus de plus de Foxconn : les deux entreprises travaillent conjointement à la conception et à l’expérimentation d’un logiciel de robotique pour une meilleure gestion des chaînes de production de Foxconn.