Le géant Google, tel un Lannister, a finalement décidé d’honorer ses dettes. On estime qu’il doit un milliard d’euros au fisc français.

Europe Antitrust Google

Cela faisait bien longtemps que le couperet devait tomber. Après plusieurs années d’enquête, Bercy a enfin réussi à faire plier Google, et va prochainement récupérer une jolie somme d’argent. On savait déjà que des perquisitions et des saisies avaient été réalisées dans les locaux de Google France à Paris en 2011 après que le fisc ait eu des doutes sur des procédures « d’optimisation fiscale », c’est à dire qu’il y a eu transfert d’une partie des bénéfices de la firme vers l’étranger. Ceci dans le but de payer moins d’impôts en France. 

Aujourd’hui, le Financial Times révèle donc que Google, par le biais d’un de ses porte-paroles, s’est exprimé sur la question et affirme avoir reçu un « avis d’impôts » qu’il s’apprête à régler. En effet, Google France avait déclaré en 2012 un chiffre d’affaires d’environ 192 millions, alors qu’il s’agissait vraisemblablement d’un montant bien supérieur : entre 1,25 et 1,4 milliard d’euros. Du coup, les impôts payés avaient aussi été revus à la baisse.

On estime aujourd’hui que Google s’apprête donc à verser entre 500 millions et 1 milliard d’euros aux autorités fiscales françaises. Une somme conséquente qui remplirait une bonne partie des objectifs du fisc français, qui a tablé sur 2 milliards d’euros à récupérer dans des fraudes fiscales. Google a déclaré : «En mars 2014, nous avons reçu un avis d’impôt des autorités fiscales françaises. Nous pensons qu’une provision adéquate a été faite». Le document a été déposé auprès des autorités fiscales américaines, et on devrait avoir le fin mot de l’histoire très prochainement.