Apple attendait plus 2 milliards de dollars de dédommagement, il n’en aura finalement qu’une centaine de millions. Le procès qui oppose Apple à Samsung dans l’affaire des brevets s’est terminé la semaine dernière. Et si Samsung doit bien payer des dédommagements à Apple, ce dernier n’est pas le grand gagnant de ce procès.

apple-google-samsung-money!

119,625 millions de dollars, et peut-être un peu plus aujourd’hui. C’est la somme que devra verser Samsung à Apple pour avoir utilisé deux brevets de la marque à la pomme sans lui en demander l’autorisation. Cette décision du tribunal de San Jose, en Californie, marque la fin du second procès d’Apple à Samsung dans la guerre des brevets qui oppose les deux marques. Et elle est très loin de ce qu’espérait Apple, qui demandait initialement 2,2 milliards de dollars à la marque coréenne, soit 40 dollars par appareil vendu, pour une violation de cinq brevets.

Ces brevets mis en causes concernaient la fonction quick links (des liens dans les SMS permettant de cliquer sur un numéro de téléphone ou lien web), la recherche unifiée, la synchronisation des datas, le slide-to-unlock et la suggestion de texte automatique. De ces cinq brevets, les jurés ont pensé que Samsung n’en ont violé que deux : le slide-to-unlock et les quick links. Ce qui explique pourquoi Samsung va payer beaucoup moins que prévu. Le jury a également accusé Apple d’avoir violé un brevet de Samsung (une fonctionnalité pour organiser les photos et les vidéos dans la galerie) et l’a condamné à payer 158 400 dollars. Une paille.

Qu’on ne s’y trompe pas, le grand perdant de ce procès est bien Apple. Non seulement les sommes qu’il va percevoir sont bien inférieures à ce que la société américaine espérait, mais en plus cette décision de justice marque une nouvelle fois son échec à ralentir l’ascension d’Android. Surtout, si Apple n’a pas réussi à faire valoir ses droits sur deux des cinq brevets, c’est parce qu’il s’est attaqué à Samsung et non pas à Google. Samsung a en effet fait valoir devant le jury que comme la marque coréenne n’était pas derrière la conception d’Android, elle ne pouvait pas être tenue responsable de la violation de brevets.

C’est la deuxième fois que Samsung et Apple se retrouvent devant un jury. Et ce ne sera certainement pas la dernière. Si l’on en croit The Verge, Apple pourrait faire valoir d’autres brevets devant un tribunal : « Samsung a copié beaucoup, beaucoup de fonctionnalités. Mais on ne peut pas tout examiner au cours d’un unique procès », a déclaré Harold McElhinny, l’avocat d’Apple.