La branche européenne de Google a indiqué avoir reçu plus de 12 000 formulaires de droit à l’oubli lors des premières 24 heures après leur mise en place. De quoi doit donner des sueurs froides aux employés de la compagnie.

Google Logo 2010

Il fallait s’y attendre. À la suite de la publication du formulaire de « droit à l’oubli » pour les internautes européens, Google a reçu de nombreuses demandes d’effacement de données. La firme de Mountain View a confirmé la réception de 12 000 formulaires rien que dans les 24 premières heures qui ont suivi la mise en place de la procédure. Un chiffre énorme qui va maintenant poser un gros problème à la compagnie, puisqu’elle est censée analyser manuellement chaque demande pour statuer sur des cas individuels, et plus ou moins motivés. En effet, les utilisateurs désireux de faire effacer des données doivent rédiger un texte de « motivation » de maximum 1000 caractères expliquant pourquoi ils souhaitent voir disparaître ces données, et donner l’intégralité des liens concernés.

C’est donc un travail de fourmi – ou de titan – qui s’annonce pour Google, d’autant que la compagnie n’a pas spécifié de délai quant au traitement des demandes. Elle va devoir mobiliser de nombreux employés sur cette nouvelle fonction, ou en recruter de nouveaux, qui devront donner un avis objectif sur des formulaires où l’ambiguïté entre « droit de l’information » et « respect de la vie privée » sera parfois forte.