Google vient de publier ses résultats financiers du second trimestre de l’année 2014. Et, comme d’habitude, serait-on tenté de dire, ils sont excellents et en progression par rapport à l’année dernière.

google-dollars-finances-2013-earnings

Les trimestres se suivent et se ressemblent pour Google, qui vient de publier encore une fois d’excellents résultats financiers pour le second trimestre de cette année. Pour les mois d’avril à juin 2014, Google a vu son chiffre d’affaires croître de 22 % par rapport au second trimestre de 2013 et atteindre la somme rondelette de 15,96 milliards de dollars, soit environ 11,80 milliards d’euros. Son bénéfice net est tout aussi bon puisqu’il progresse de 6 % par rapport à l’année passée avec 3,42 milliards de dollars (2,53 milliards d’euros), contre 3,23 milliards de dollars au second trimestre de 2013. À la fin du second trimestre de cette année, Google annonce posséder une trésorerie en cash de l’ordre de 61,20 milliards de dollars, soit 2,48 milliards de dollars de plus qu’au 31 décembre 2013.

Dans le détail, la répartition des sources de revenus ne change pratiquement pas par rapport au bilan financier du premier trimestre. Les sites web de Google (Google Search, Gmail et Youtube, Google AdWords, etc.) représentent 69 % du chiffre d’affaires total et ont rapporté 10,94 milliards de dollars, soit une augmentation de 23 % par rapport à l’année dernière. Les publicités affichées sur les sites partenaires ont quant à elles rapporté 3,41 milliards de dollars (21 % du CA) et les autres branches de la firme (Google Play, vente de hardware) ont rapporté 1,60 milliard de dollars (10 % du CA). Bref, tout va pour le mieux du point de vue des chiffres.

Autre fait intéressant de ce rapport financier, Google indique que 42 % de son chiffre d’affaires (6,63 milliards de dollars) a été réalisé uniquement sur le territoire américain. Le second territoire le plus profitable est le Royaume-Uni, qui représente 10 % du chiffre d’affaires du géant du net, soit 1,62 milliard de dollars. Autrement dit, Google réalise la moitié de son chiffre d’affaires sur deux territoires. Une dépendance qui peut se transformer à moyen ou long terme en faiblesse.

Dernier point notable de ce rapport, Google annonce aujourd’hui employer exactement 52 069 personnes au 30 juin 2014, réparties entre 48 584 pour Google et 3485 pour Motorola, qu’il va bientôt revendre à Lenovo. Sur le second trimestre de l’année, Google a donc embauché 2240 personnes supplémentaires. À l’heure où Microsoft cherche à se séparer de plus de 18 000 employés, c’est l’une des sociétés de high-tech qui embauche le plus actuellement.